Investir et Épargner
S'assurer

Beobank Home Secure

Système d’alarme et télésurveillance 24h/24. À partir de 22€/mois

Dans quelle limite un retraité peut-il gagner des revenus complémentaires ?

Revenus complémentaires

Revenus complémentaires

Un nombre croissant de retraités continuent à travailler, grâce à la multiplication des possibilités de gagner des revenus complémentaires. Ils peuvent même exercer un flexi-job dans l’horeca ou le commerce de détail sans avoir à payer d’impôts ou de charges sociales. Les retraités peuvent percevoir des revenus complémentaires illimités à partir du 1er janvier de l’année au cours de laquelle ils atteignent l’âge de 65 ans. Cette possibilité est aussi offerte aux travailleurs plus jeunes pouvant se prévaloir d’une carrière d’au moins 45 ans. Les revenus complémentaires n’affectent pas le montant de leur pension.

Limitation

Tous les autres retraités sont soumis au plafonnement de leurs revenus complémentaires. S’ils dépassent ce plafond, leur pension est réduite, voire supprimée.

Le montant de revenus complémentaires qu’ils peuvent percevoir tout en conservant la totalité de leur pension dépend du régime dont ils relèvent (salarié/fonctionnaire ou indépendant) et de leur situation. Chaque pour cent de dépassement entraîne un pour cent de remboursement de la pension. Si le dépassement atteint 100 %, voire davantage, la totalité de la pension versée cette année doit être remboursée.

Certaines personnes bénéficient d’une pension au taux ménage parce que leurs conjoints ont de faibles revenus : ces derniers voient également leurs revenus complémentaires plafonnés. S’ils dépassent le plafond, la pension au taux ménage du conjoint est réduite à la pension d’une personne isolée et la différence doit être remboursée.

Pour un salarié ou un fonctionnaire, le revenu brut est pris en compte ; pour un indépendant, on considère le revenu professionnel net.

 

 

Revenus complémentaires maximaux 

salarié/fonctionnaire

Revenus complémentaires maximaux

indépendant

Moins de 65 ans, ou carrière de moins de 45 ans au début de la retraite, ou moins de 65 ans et conjoint bénéficiant d’une pension au taux ménage

8 172 (12 258 avec enfant à charge) 6 538 (9 807 avec enfant à charge)

Moins de 65 ans et régime spécial (par ex., personnel volant), ou plus de 65 ans et conjoint bénéficiant d’une pension au taux ménage

23 604 (28 712 avec enfant à charge) 18 883 (22 969 avec enfant à charge)

Ils peuvent par ailleurs exercer des « activités complémentaires » dans des associations ou chez des particuliers. Dans ce dernier cas, ils peuvent effectuer de petits travaux d’entretien, aller chercher des enfants à l’école ou donner des cours de rattrapage, à condition que ces activités ne prennent pas un caractère régulier, comme le fait de tondre la pelouse chaque semaine.
Activités complémentairesIl y a toutefois une bonne nouvelle pour les retraités qui n’ont pas encore 65 ans ou qui affichent une carrière de moins de 45 ans. Tout comme les personnes âgées de plus de 65 ans, ils peuvent bénéficier, s’ils sont employés dans l’horeca ou le commerce de détail, d’une exonération d’impôts et de charges sociales sur les revenus gagnés dans le cadre d’un flexi-job.

En revanche, ils peuvent travailler régulièrement dans une association, par exemple pour entretenir le terrain, diriger des entraînements ou assurer l’accueil extrascolaire.

Plafond

L’exonération des charges sociales et fiscales s’applique pour autant que les intéressés ne gagnent pas plus de 6 250 euros par an en revenus complémentaires. Ce montant comprend, outre les revenus tirés d’un flexi-job ou d’activités complémentaires, les revenus issus de l’économie collaborative. Par ailleurs, un plafond de 520,83 euros par mois s’applique en plus aux activités complémentaires exercées dans des associations ou chez des particuliers. Pour un certain nombre d’activités, comme celles d’animateur, de coordinateur sportif, d’entraîneur, de juge de ligne, de membre du jury, de steward, de responsable de terrain et de signaleur, le plafond est doublé pour atteindre 1 041,66 euros. Au-delà de ces plafonds, les revenus totaux sont taxés comme des revenus professionnels.

À noter que les montants tirés d’un flexi-job et d’« activités complémentaires » sont cumulés en vue du calcul des revenus que le retraité est autorisé à percevoir. Si ces montants ont pour effet de lui faire dépasser les plafonds, sa pension sera réduite ou supprimée.

À noter également que les revenus que vous êtes autorisé à gagner après l’âge de départ à la retraite ne vous procurent aucun droit à pension supplémentaire. Vous n’aurez donc pas une pension plus élevée.

Plus d’infos : https://www.sfpd.fgov.be/fr/montant-de-la-pension/travailler

Comment pouvons-nous vous aider ?