S'assurer
Beobank Home Secure

Système d’alarme et télésurveillance 24h/24. À partir de 22€/mois

Les élections américaines : rouge contre bleu

Par Marc Danneels, Chief Investment Officer - 19/10/2020

Les élections américaines

Prochaine échéance: le 3 novembre. Les élections présidentielles américaines et l'élection des deux chambres du Congrès.

Un événement politique risqué pour les marchés financiers ?

À court terme, le risque le plus important n'est pas le nom du vainqueur des élections ou la composition de la Chambre et du Sénat, mais bien une absence de vainqueur (et de perdant) le 20 janvier 2021, date de l'investiture.

Avec un Joe Biden qui a recreusé l'écart par rapport à Trump dans les sondages la semaine dernière1 et, surtout, le fait que 19 États accepteront encore les votes par courrier après le 3 novembre, il ne fait pratiquement aucun doute que le résultat de l'élection sera directement contesté dès cette date. Pour compliquer le tout, il faut savoir qu'en cas de contestation, tant la Cour suprême que le Congrès pourront se prononcer. Avec, au final, le risque de voir le pays s'enliser dans une crise constitutionnelle, ce cas de figure n'étant pas inscrit dans la Constitution.

Cette incertitude pèsera inévitablement sur les marchés financiers avec, pour commencer, une hausse de la volatilité. Mais évaluer l'impact précis d'une telle procédure politique est plus difficile. Le meilleur point de comparaison est la lutte pour la présidence entre George Bush et Al Gore en 2000. Entre le jour des élections et le moment où Al Gore a reconnu sa défaite, l’indice boursier S&P a perdu 12 %2 et les spreads sur les crédits ont sensiblement augmenté3. À l'inverse, nous pouvons nous attendre à un rally boursier en cas de confirmation rapide des résultats, quel que soit le vainqueur.

Le plus important à court terme sera donc le processus opérationnel des élections.

À long terme, l'important sera bien sûr la conviction politique du Président et la composition du Congrès. D'une manière générale, un régime républicain est plus favorable pour l'économie et les marchés qu'un régime démocrate. D'un point de vue historique, force est toutefois de constater que la couleur politique du président a peu d'impact sur les marchés à long terme.

Quelles sont les différences et les similitudes entre les deux parties ?

Il est intéressant de comparer le programme des démocrates et des républicains.

Une grande différence: Le régime fiscal très avantageux du gouvernement Trump pour les entreprises, qui a ramené le taux d'imposition de 35 à 21 % depuis 2018, pourrait être mis sous pression en cas de victoire démocrate.

Mais à côté de cela, les points de vue sur de très nombreux thèmes importants susceptibles d'avoir un impact sur les marchés sont relativement similaires. Travaux d'infrastructures, réduction des coûts dans les soins de santé et augmentation des salaires sont autant de thèmes supportés par les deux partis.

Résumé des points communs entre leurs programmes :

  • L'accent sur la reprise économique;
  • Les tensions avec la Chine, qui resteront un point-clé de la politique étrangère ces prochaines années.
  • Les droits de propriété intellectuelle, pensez au leadership technologique mondial, constitueront aussi une priorité pour les deux partis.
  • Une autre idée fausse consiste à croire qu'une victoire démocrate serait négative pour les Big Tech en raison d'un renforcement de la réglementation, avec des mesures anti-trust et des mesures plus strictes en matière de respect de la vie privée. Or, un consensus s'est aussi fait jour plus récemment dans les deux camps.

Les principales divergences restent - comme déjà indiqué - la politique fiscale, la politique d'immigration et l'enseignement.

Qu'est-ce que cela signifie pour notre stratégie d'investissement ?

Quel que soit le scénario, les marchés d'actions vont continuer à profiter de la faiblesse des taux mais nous pouvons nous attendre, à court terme, à des périodes de haute volatilité.

Vu les nombreuses similitudes, dans les grandes lignes, au niveau du programme des deux candidats, nous ne voyons pas de raison à long terme, d'élaborer des scénarios fondamentalement différents pour la composition de nos portefeuilles.

Cela ne veut pas dire qu'il ne pourra pas y avoir certains accents sectoriels. Pour cela, nous vous renvoyons à notre article de blog, publié le 25/09/2020.

À retenir : là où Biden était autrefois perçu comme négatif pour les marchés d'actions en raison de son programme réglementaire et fiscal plus strict, il est aujourd'hui de plus en plus apprécié par les marchés pour son programme de soutien budgétaire, à plus forte raison dans un contexte de Covid.

 

________________________________

 

Sources:
1. Presidential polls NY Times
2. Bloomberg
3. Refinitiv Datastream

Comment pouvons-nous vous aider ?