Pour une meilleure expérience de navigation, nous vous invitons à utiliser un autre navigateur compatible comme Firefox ou Google Chrome.

S'assurer
Beobank Home Secure

Système d’alarme et télésurveillance 24h/24. À partir de 22€/mois

Marc Bollen, la voix passionnée du vélo

Marc Bollen

One team!

Chaque dernier jeudi du mois, retrouvez le portrait de l’un des acteurs majeurs du KRC Genk et de la Belgian Cycling. Cette semaine ? Rencontre sur le terrain avec Marc Bollen.

Le visage de Marc Bollen vous est inconnu ? Mais vous connaissez peut-être sa voix… Depuis 35 ans, ce mordu de vélo anime les courses cyclistes en tant que speaker de Radio Tour…

Retraité depuis septembre 2018, cet ancien secrétaire sportif de la Belgian Cycling reste toujours actif dans le cyclisme, en tant que speaker pour Radio Tour. Son rôle ? Transmettre toutes les informations de la course (chutes, crevaisons, attaque ou abandon d’un coureur) à la caravane de l’épreuve. Celle-ci se compose des chefs d’équipes, des médecins, de l’organisation, etc. Le président du jury est également présent dans la voiture de Radio Tour afin de pouvoir donner ses consignes aux chefs d’équipes via le micro. Marc est donc l’un des maillons essentiels de l’encadrement professionnel de la course. Voici son portrait !

Un véritable mordu de cyclisme ! Voilà la meilleure façon de décrire la relation qui unit Marc Bollen au vélo. Cela fait quelques décennies que ce passionné côtoie les plus grandes épreuves et tous les champions de la petite reine. Et pour cause : il est l’une des « voix » mythiques de Radio Tour. Et ce depuis de 35 ans. « J’ai 67 ans et plus de 44 ans de carrière au compteur », explique celui qui a également officié pour l’Union Cycliste Internationale (UCI) et travaillé pendant sa carrière pour la Belgian Cycling en tant que secrétaire sportif. « Un jour, j’ai répondu à une annonce de recrutement de la fédération belge de cyclisme. J’ai passé l’examen et j’ai été engagé ! ». Le début d’une longue et belle histoire…

De Eddy Merckx à Tom Boonen

Marc Bollen en a commenté, des compétitions. 31 championnats du monde pour l'UCI en route, piste et cyclo-cross, aux Jeux Olympiques d’Athènes en 2004 et Pékin en 2008. De la piste à la route et de Tom Boonen à Eddy Merckx ! Mais avant d’être un métier, le vélo est avant tout une passion… « J’ai toujours été un fan absolu de cyclisme. Cela a commencé à l’époque de Eddy Merckx », explique-t-il. « Avec les années, ma ferveur n’a fait que grandir, notamment parce que j’ai eu la chance de suivre en direct d’incroyables exploits. Cela m’a donné la volonté de continuer à gravir les échelons dans cet univers ! Je suis comme un poisson dans l’eau au cœur de la course et parmi les coureurs », poursuit celui qui s’intéresse à tout ce qui touche — de près ou de loin — à ce sport.

Une voix mythique

35 ans de carrière… ça marque ! Et le talent de Marc Bollen est largement connu dans le petit monde du vélo. Son travail ? Bien plus que du commentaire : il donne vie à la course. « Cela débute quelques jours avant le jour de la compétition », détaille-t-il. « Je prends alors connaissance de toutes les données techniques afin de pouvoir me préparer pour l’épreuve. Le jour J ? Nous nous installons dans la voiture suiveuse et nous mettons alors au point tous les éléments pour être fin prêts. Une demi-heure avant commence le compte à rebours… jusqu’au top départ. » Après le départ des coureurs ? Marc Bollen donne voix en continu à tous les évènements qui animent la course : de la composition des groupes d’échappés aux chutes et autres incidents techniques. « C’est un motard qui me communique les infos. Je les relaie dans mes interventions sur Radio Tour et cela permet d’animer la course tout au long du parcours. »

La passion avant tout

Si Marc Bollen a réussi à faire du cyclisme son métier… c’est aussi parce que c’est un professionnel acharné. Il travaille les épreuves au détail et possède une profonde connaissance de son sport. « Pour être un bon speaker, il faut remplir quelques conditions », indique-t-il. « D’abord, la connaissance des langues. Mais il faut également pouvoir garder son calme… même lorsque la course s’enflamme. Tout le monde écoute, donc je dois bien choisir mes mots, lorsque je suis au micro. » Idéalement placé à l’avant de la course (sa voiture est la première juste derrière les coureurs), il ne se lasse jamais d’apporter ses commentaires aux exploits. « Ma plus grande satisfaction ? D’avoir été et de continuer à être au cœur du cyclisme pendant autant d’années ! J’adore ce sport et je ne pourrais pas rêver plus beau rôle. » Raccrocher le micro ? Marc Bollen n’y pense pas… « Ce serait fantastique de vivre mon métier encore longtemps. Tant que ma santé le permet…. Pourquoi pas jusqu’à mes 80 ans ? » C’est tout ce qu’on lui souhaite…

Comment pouvons-nous vous aider ?