Investir et Épargner
S'assurer

Beobank Home Secure

Système d’alarme et télésurveillance 24h/24. À partir de 22€/mois

Rénover malin : ce que coûte la rénovation d’une maison

Evitez les surprises financières désagréables

Evitez les surprises financières désagréables

Personne ne peut vous dire avec précision combien coûtera une rénovation. C’est certain. Mais en tenant compte des coûts de base et d’un montant tampon supplémentaire, vous éviterez les surprises financières désagréables.

Rénover ? Question de goût ?

Au départ, une grande part de la rénovation dépendra de vos propres goûts qu’ils concernent la maison, mais aussi ses finitions. La rénovation d’un vieux manoir coûtera logiquement plus cher que celle d’une simple maison mitoyenne tout comme un parquet en chevrons engendrera plus de coûts qu’un carrelage. La bonne nouvelle – en fonction de vos aspirations – c’est que vous avez toutes les cartes en main pour décider. Vous essayerez ainsi d’établir aussi précisément que possible les différents montants à engager et mettrez des solutions de rechange sur la table, de préférence moins coûteuses. De cette façon, après avoir chiffré les travaux incontournables, vous pourrez ajuster, si nécessaire, vos ambitions, et ce, sans avoir à faire des compromis difficiles.

Les travaux structurels : des coûts fixes

C’est une tout autre histoire en ce qui concerne les travaux structurels sur les éléments de base d’une rénovation. Contrairement aux finitions, leurs coûts ne sont en rien flexibles. Les frais à engager dépendront bien évidemment de l’état de la maison. Si elle a plus de trente ans et qu’elle n’a bénéficié que de peu de rénovations, les montants peuvent très vite s’envoler. Si la maison a une vingtaine d’années, les travaux resteront probablement limités. Mais, dans un cas comme dans l’autre, des coûts seront envisagés. Nous listons les principaux facteurs de coûts et donnons une indication des montants, basée sur les devis d’ Offerteadviseur, d’un conseiller en offre, la TVA, les frais de déplacement et les frais d’installation.

  • L’architecte : Si vous souhaitez agrandir votre maison, d’abattre ou d’ajouter des murs ; si vous devez renforcer vos fondations, il sera préférable de faire appel à un architecte. Pour une rénovation lourde, il est susceptible de vous facturer 15 à 25% du coût global des travaux. En effet, pour un architecte, une rénovation est une approche totalement différente d’un projet de construction neuve. L’état actuel de la maison doit être analysé et donner lieu à une interprétation en termes de normes, d’espaces de vie et d’énergie.
  • Le toit : Un toit bien isolé permet de gagner de l’argent. Si la toiture est encore en bon état, le coût se limitera à celui de l’isolation. Si ce n’est pas le cas, vous pouvez rapidement craindre des montants allant jusqu’à 200 euros par mètre carré, sans l’installation de fenêtres ou puits de lumière.
  • Le chauffage / L’installation d’un chauffage revient, en moyenne, à 600 euros/pièce. Cela comprend la tuyauterie, mais pas la chaudière à haut rendement ou les pompes à chaleur. En cas de lourde rénovation, vous déterminerez le type de chauffage qui vous convient. Pour un chauffage par le sol, par exemple, vous pourrez envisager une pompe à chaleur combinée à des panneaux solaires. Une solution financièrement intéressante à long terme.
  • Les châssis : Vous considérez que le simple et le double virage n’isolent pas suffisamment ? Vous devrez alors changer vos châssis. Comptez environ 500 euros par mètre carré de fenêtre. On estimera donc, en moyenne, à 15.000 euros le coût des travaux si vos fenêtres ont une taille standard. Il est évident que si vous optez pour des tailles hors normes ainsi que pour des fenêtres coulissantes, vous verrez les coûts s’envoler.
  • L’électricité : La probabilité que l’installation électrique d’une maison ancienne passe l’épreuve d’une inspection de conformité est faible. Il est donc préférable d’en prévoir le remplacement complet dans votre budget de rénovation. En moyenne, nous compterons 10.000 euros.
  • Les sanitaires : Les conduites d’eau, canalisations et autres systèmes de séparation des eaux de pluie ont un coût. Pour mettre l’ensemble de vos installations sanitaires en ordre, comptez sur une moyenne de 5.000 euros. Pour être clair, ce sont là les travaux qui précèdent votre choix d’une nouvelle douche.
  • Les murs : Poser les tuyaux, renouveler l’électricité, installer de nouvelles fenêtres… Pas besoin de vous expliquer en quoi cela laisse des traces sur les murs. Commencez donc dès maintenant à chercher un bon plafonneur. Celuici aura un coût que l’on estime, en moyenne, à 25 euros du mètre carré.

Mieux vaut prévenir que guérir : un tampon confortable

Même si vous calculez au mieux l’ensemble des coûts, sachez que deux personnes sur trois ayant entamé des rénovations ont vu les coûts de ceux-ci dépasser le budget initialement prévu. Il est donc préférable de vous constituer un tampon financier. La règle générale établit que prévoir un tampon financier représentant 15% des coûts globaux permet d’entamer les travaux en toute sérénité.

Vous souhaitez estimer les coûts inhérents à un achat de maison ou d’appartement ? Invitez un entrepreneur voire un architecte, lors d’une des visites du bien visé.


Avoir une bonne vue d’ensemble du coût global de votre rénovation consiste aussi à déterminer les primes admissibles dans votre cas. Vous souhaitez en faire le relevé ? Nous vous expliquons quoi faire dans cet article.


Découvrez aussi le prêt rénovation et le prêt vert de Beobank

Comment pouvons-nous vous aider ?