Une seule chose à faire lorsque les bourses tremblent : rester calme

Comment tirer parti de la volatilité sur les marchés ?

Comment tirer parti de la volatilité sur les marchés ?

Une époque houleuse

“Les bourses ont connu une période très volatile,” explique Bart Van Nieuwenhuyze. “Pourtant, elles ont très bien presté ces deux dernières années. Mais depuis la crise grecque, une certaine nervosité continue de se faire sentir.”

Les investisseurs estiment qu’il y a beaucoup de raisons de s’inquiéter. La Chine, par exemple, encaisse un retard de croissance. En comparaison avec les Etats-Unis ou l’Europe, elle est toujours capable de présenter des chiffres bien meilleurs, mais la perception des investisseurs est que les choses vont quand même moins bien en China. Les tentatives de la Banque centrale chinoise pour stabiliser le marché étaient très primitives. Elle a en effet dévalué le yuan deux jours de suite, ce que de nombreux investisseurs ont mal interprété.”

Augmentation du taux d’intérêt

“Aux Etats-Unis, c’est la discussion concernant la hausse du taux d’intérêt qui domine le débat. Janet Yellen, la présidente de la Banque centrale, l’annonce depuis un an et demi déjà, mais elle ne cesse de la reporter. En conséquence, les marchés ne savent plus à quoi s’attendre. Les investisseurs se demandent à la longue s’il n’y aurait pas un agenda caché. La situation économique ne serait-elle pas aussi bonne qu’elle en a l’air ?

Il faut ajouter à cela la crise des réfugiés en Europe, Tsipras, qui est de nouveau sur des charbons ardents, l’arrivée du parti politique Podemos en Espagne, les squelettes qui sont sortis du placard chez Volkswagen, tout cela crée des turbulences.”

Merci au dollar

“Nous partons du principe que le taux d’intérêt américain va finalement augmenter, peut-être encore cette année, sinon au début de l’année prochaine. Ce qui aura des consé-quences. Le dollar sera encore plus fort, ce qui sera néfaste pour les matières premières américaines et les exportations, mais favorisera les exportations européennes.

Tout cela nous amène à mettre davantage l’accent sur les actions que sur les obligations actuellement. Les marchés émergents surtout, vont être mis sous pression si le taux d’intérêt américain augmente. Il se pourrait que certains de ces plus petits pays doivent dévaluer leur monnaie pour pouvoir faire face à un dollar plus fort. Ce qui freinera la croissance et les bourses sur les marchés émergents.”

Opportunités

“La vérité, c’est que l’Europe dispose de nombreuses capacités et possibilités pour pour-suivre sa croissance. La croissance est lente, mais elle est stable. Les entreprises se por-tent généralement très bien, surtout celles qui exportent. Le cours de l’euro est à un très bon niveau. La bourse européenne offrira encore beaucoup de potentiel ces prochains mois. Les ratios cours-bénéfice sont positifs et les marges bénéficiaires sont encore bien plus intéressantes que sur le marché américain par exemple.

Entre-temps, la confiance revient en Asie, en Chine et au Japon. On observe que certains fonds qui se concentrent sur ces pays ont bien presté ces dernières semaines. Pour le dire en termes cyclistes : nous sommes en train rouler une étape de montagne, pas une étape contre la montre sur du plat, et il pourrait en être ainsi dans les deux ans à venir. Nous continuerons de faire face à de la volatilité, mais celle-ci ouvre aussi par définition des opportunités. Le principal, c’est de garder la tête froide lorsque des turbulences se produisent.”
Nous vous rappelons que les produits d’investissement sont exposés à des risques, en ce compris la perte possible du capital investi. Les produits d’investissement ne sont pas des dépôts bancaires et ne sont pas garantis par Beobank NV|SA.