4 KPI pour une gestion optimale de votre PME

Quels KPI suivre?

Quels KPI suivre?

Les KPI sont des indicateurs indispensables au pilotage de votre PME : surveiller votre performance au quotidien et ajuster le tir pour augmenter vos chances de succès.

Mesurer, suivre et agir ! C’est à cela que servent les fameux KPI (key performance indicator). Comme tout entrepreneur, vous faites face à un certain nombre d’inconnues externes, alors autant « contrôler » ce que vous pouvez. L’idée n’est pas de faire de vous un expert de l’analyse financière, équipé de dizaines de tableaux de bord sophistiqués. Mais quelques indicateurs de performance sont incontournables pour maintenir votre PME sur les rails. Voici les KPI essentiels à garder à l’œil :                                                 

  1. Chiffre d’affaires : comment se portent vos ventes ?

Une évidence ? Peut-être, mais vu leur importance, ne lâchez pas vos ventes du regard. C’est votre principal moteur. Le jour où vous ne vendez plus, vous ne générez plus de liquidités… vous êtes au point mort ! Leur monitoring passe inévitablement par votre chiffre d’affaires, notamment en le comparant à vos projections. N’oubliez pas non plus de regarder en arrière afin d’observer vos progrès (taux de croissance). Mais tenez aussi compte de ce qui est « en cours »… En effet, un bon gestionnaire doit jeter un œil au passé, s’assurer du présent, sans jamais négliger l’avenir (proche et à plus long terme). Vous signez votre plus gros contrat au cours des prochains mois ? L’information est cruciale pour savoir où vous allez.

  1. Trésorerie : avez-vous assez de « carburant » ?

Nous vous expliquions l’importance de suivre de près votre trésorerie et de ne pas la confondre avec votre bénéfice. Et pour cause, sans liquidités, vous ne pourrez pas faire face à vos obligations (fournisseurs, administration fiscale, etc.). Votre cash vous permet aussi de tenir le coup en cas de contretemps (un mauvais payeur, la perte d’un client, une grosse dépense imprévue, etc.). Cet indicateur exige une attention particulière. D’abord, parce que votre trésorerie fluctue quotidiennement (flux d’entrées et de sorties de cash). Mais aussi parce que vous ne pouvez pas vous contenter de regarder votre compte bancaire aujourd’hui… Aurez-vous assez de moyens disponibles pour payer vos factures demain ? Et dans trois mois ? C’est pourquoi le recours à un tableau de trésorerie est essentiel !

  1. DPO et DSO : que disent vos délais de paiement ?

Derrière ces acronymes, deux indicateurs cruciaux pour le suivi de votre trésorerie : le DSO indique (en nombre de jours) le délai moyen de paiement de vos clients, alors que le DPO vous donne la même information pour vos fournisseurs. Votre objectif : disposer d’un maximum de liquidités sur vos comptes. Comment procéder ? En « poussant » vos clients à régler rapidement et en négociant avec vos fournisseurs pour payer le plus tard possible. Cela vous permettra aussi d’être à l’affût d’éventuels retards de paiement qui pèsent sur votre trésorerie.

  1. Marge bénéficiaire : votre activité est-elle rentable ?

Autre indicateur important de la santé de votre PME : celui-ci permet, entre autres, de savoir si votre activité est bénéficiaire. L’objectif d’une entreprise reste de générer du profit. Une marge financière qui va vous permettre de développer d’autres produits, d’engager du personnel ou de réaliser des investissements. Ce KPI vous aidera également à fixer votre politique de prix ou à revoir vos dépenses. En effet, si vos ventes se portent bien, mais que vous ne faites pas de bénéfice, c’est qu’il y a un souci : vous être peut-être trop bon marché ou votre structure de coûts est trop lourde.

 

Complétez la liste : il existe une variété d’autres indicateurs, notamment pour mesure votre performance commerciale (nombre de nouveaux clients, taux de transformation, panier moyen, etc.). Pareil pour vos stocks, votre présence en ligne ou pour gérer votre personnel. Des KPI pour tous les goûts et pour tous les projets. Mais ne voyez pas trop grand dès le départ, au risque de vous y perdre.

Prenez le temps de construire votre tableau de bord : le choix des bons KPI est aussi une question de secteur, de taille d’entreprise et de maturité. Une startup n’a pas les mêmes besoins qu’une PME bien installée. C’est pourquoi vous avez intérêt à bâtir un instrument de pilotage global et adapté à votre situation. Un outil suffisamment simple et efficace pour une utilisation quotidienne. Des mises à jour automatiques vous faciliteront, par exemple, grandement la tâche. Pour vous appuyer dans la démarche, n’hésitez pas à faire appel à votre comptable.

Dernière chose : n’oubliez pas de faire périodiquement le point, notamment avec l’aide de votre comptable. Cela permet de relever la tête du guidon et de réajuster le tir. Un moment idéal pour prendre aussi connaissance d’autres indicateurs et ratios financiers cruciaux pour votre succès (excédent brut d’exploitation, besoins en fonds de roulement, etc.).

Savoir pour prévoir, afin de pouvoir 

Auguste Comte

En bref

  • Piloter son entreprise sans KPI, c’est comme conduire une voiture les yeux bandés.
  • Par où commencer ? 4 KPI pour surveiller les performances de votre entreprise.
  • Ne voyez pas trop grand dès le départ, au risque de vous perdre dans les chiffres.
  • Construisez-vous un tableau de bord adapté et efficace avec l’aide de son comptable.