Retour du chômage « coronavirus » pour toutes les entreprises

Bien comprendre les méandres du chômage « corona »

Le chômage temporaire « coronavirus » assoupli est à nouveau accessible à toutes les entreprises. Une réponse aux dégâts socio-économiques de la seconde vague de covid-19…

Le covid-19 persiste (malheureusement) et les dispositifs se multiplient pour épauler les entreprises forcées de mettre leur personnel à l’arrêt. Une actualité pas toujours simple à suivre pour les entrepreneurs ! Entre mars et août ? Une formule de chômage temporaire « assoupli » avait été lancée. Celle-ci avait ensuite été réservée aux PME faisant partie de la liste des secteurs « particulièrement touchés » par la crise du coronavirus ainsi que les sociétés qui démontraient au moins 20% de chômage temporaire au cours du second trimestre 2020. Mais face aux évènements de cet automne… le régime simplifié du chômage temporaire « corona » est à nouveau étendu à toutes les entreprises. Voici ce que vous devez savoir.

Jusqu’en mars 2021

Preuve que la situation est critique : le gouvernement ouvre donc le dispositif à toutes les employeurs de tous les secteurs pour la période du 1er octobre dernier au 31 mars de l’année prochaine. La mesure (officialisée début novembre) remonte un peu dans le temps afin de permettre à l’ONEM de débloquer certains dossiers du mois d’octobre… Vous étiez « passé » au chômage économique en septembre (parce que vous n’étiez pas sur la liste des secteurs gravement touchés) ? Vous pouvez donc revenir au chômage « corona ». Notez que cela vaut aussi dans le cas de certaines absences spécifiques :

  • Si votre travailleur (ou son enfant) est en quarantaine. Gardez bien le certificat en cas de contrôle de l’ONEM ;
  • Si l’école ou la crèche qui accueille l’enfant de votre employé ou ouvrier est fermée en raison de la pandémie de coronavirus.

Formalités : strict minimum

L’intérêt de ce régime spécial de chômage ? Sa simplicité et sa souplesse : pour vous et pour vos travailleurs. Concrètement ?

  • Vous devez simplement rentrer une déclaration mensuelle des jours de chômage (DRS scénario 5) pour votre travailleur, en mentionnant bien le motif « force majeure coronavirus ». Tout peut se faire en ligne et vous êtes dispensé de toutes les autres formalités habituelles ;
  • Du côté de votre personnel ? Vos travailleurs doivent introduire une demande d’allocations (une seule fois). Ils recevront alors une indemnité égale à 70% du salaire (plafonné autour de 2 750 euros mensuels) avec une réduction de 15% du précompte. Ainsi qu’un complément de 5,63 euros par jour.

Les autres régimes ?

Vous avez toujours la possibilité d’activer les formules de chômage temporaire « classiques ». Entre autres ? Le chômage temporaire pour raisons économiques prévu pour ouvriers (dont la durée légale de suspension a été sensiblement augmentée) et employés (à condition de respecter les conditions habituelles) ou encore la formule « transitoire » pour « manque de travail » mise en œuvre pour les employés jusqu’au 31 décembre. Mais, dans les situations liées au covid-19, vous avez bien entendu intérêt à « profiter » de la formule assouplie.

 

Un dernier mot ? Rappelez-vous que ces mesures peuvent également avoir d’autres conséquences sociales alors n’hésitez pas à solliciter de l’aide.

 

Merci de tenir compte que ces mesures peuvent encore changer en fonction de l’évolution de la crise du coronavirus.

Prenez rendez-vous

Un conseiller Beobank Pro vous aidera avec plaisir

Discutons-en !

Comment pouvons-nous vous aider ?