Impôts : payer tôt pour payer moins !

Evitez la majoration fiscale grâce aux versements anticipés d'impôts

Evitez la majoration fiscale grâce aux versements anticipés d'impôts

Chaque trimestre, vous êtes invité à effectuer des versements anticipés d’impôts. L’intérêt ? Éviter de devoir payer une majoration fiscale. D’autant plus qu’en 2018, celle-ci passera à 2,25%. La fin de l’année approche, mais il n’est pas trop tard pour agir…

Soyons clairs et concis : en 2017, vous générez des revenus grâce à votre activité (en société ou en personne physique). Conséquence inévitable : en 2018, vous devrez payer des impôts calculés sur base des revenus engrangés cette année. Mais pour récupérer plus rapidement son dû, le fisc vous « encourage » à verser des avances pendant toute l’année en cours. C’est ce qu’on appelle les « versements anticipés d’impôts »… Êtes-vous forcé de le faire ? Non, rien ne vous oblige à réaliser ces versements ! Mais si vous ne le faites pas, vous devrez à coup sûr payer une « amende » sous forme de majoration d’impôts… De plus, si vous êtes indépendant en personne physique, vous pouvez également profiter des bonifications qui dépendent du trimestre de versement. Sachez aussi que les starters (pendant leurs 3 premiers exercices) ne sont pas pénalisés s’ils ne font pas de versements anticipés.


Quand faire des versements anticipés ?

Pour l’exercice 2018 (revenus 2017), le pourcentage de majoration a changé et s’élève à 2,25%. Pour éviter ce supplément, le fisc vous permet de faire vos avances trimestriellement, selon un calendrier bien établi, et avec un principe clé : plus vous payez tôt dans l’année, plus votre avantage est important. Évidemment, mieux vaut tard (un versement au 4e trimestre, par exemple) que jamais ! Pour cette année 2017, vous pouvez encore réaliser un dernier versement avant le 20/12/2017.


Pour ce qui est de l’avenir, il ne s’agit pas de le prévoir, mais de le rendre possible, de Antoine de Saint-Exupéry


Quels montants devez-vous verser ?

Voici un autre principe clé des versements anticipés: mieux vous estimez vos impôts, plus vos versements seront ajustés et moins vous devrez payer de supplément. N’hésitez donc pas à prendre contact avec votre comptable pour obtenir une évaluation précise. Dans tous les cas, si vous versez trop d’impôts anticipativement, alors le fisc vous remboursera le surplus. Sachez aussi que, pour neutraliser la totalité de la majoration, vous devez avoir réglé un pourcentage minimum d’impôts chaque trimestre. Plus vous verser au premier, plus c’est intéressant. Au quatrième, vous ne pouvez plus totalement éviter la majoration, mais gardez à l’esprit que tout n’est pas perdu. Vous avez donc intérêt à en profiter avant la fin de l’année…


Votre trésorerie est tendue ? Pas de souci…

Vous l’aurez compris : vous avez tout intérêt à faire des versements anticipés. Le hic ? Vous n’avez peut-être pas les liquidités nécessaires au moment où vous en avez besoin. Dans ce cas, avant le 20 décembre prochain. Pas de panique ! Vous pouvez opter pour une formule de financement bancaire spécialement conçue pour les versements anticipés. Vous y gagnez sur plusieurs tableaux. D’abord, vous préservez votre trésorerie. En effet, vous ne devez pas décaisser de liquidités, puisque c’est votre banque qui s’occupe d’effectuer le versement. De plus, si vous faites un crédit maintenant pour toute l’année 2018, votre banque se charge de faire un versement intégral au fisc pour éviter la majoration. Résultat des courses : vous profitez au maximum des bénéfices des versements anticipés sans toucher à votre cash ! Pourquoi vous en priver ?

 

 

Versement anticipé d'impôt

Découvrez nos solutions