Un coup de pouce financier ? Obtenez une aide publique !

Demander un subside ? Mode d’emploi !

Demander un subside ? Mode d’emploi !

Ne passez plus à côté des aides régionales. Quel que soit votre projet entrepreneurial, vous trouverez votre bonheur. Le tout, c’est de frapper à la bonne porte… au bon moment !

L’une des clés de la réussite, c’est de bien s’entourer. C’est aussi valable pour le financement de votre projet. L’écosystème entrepreneurial a vu fleurir une grande variété de solutions, notamment en ce qui concerne les aides publiques régionales : prêts, prises de participation, garanties, primes ou subsides. Le moins que l’on puisse dire, c’est que les trois Régions ont fait des efforts pour mieux répondre aux besoins des entrepreneurs. Des instruments financiers adaptés aux différentes étapes du cycle de vie de l’entreprise. Même si la difficulté reste souvent de trouver son chemin dans cette offre pléthorique. Voici comment y voir plus clair.

Premier pas ? Savoir vers quel organisme se tourner. C’est la situation géographique du siège de votre entreprise qui va déterminer la Région à laquelle vous devez vous adresser.

Vous êtes en Wallonie ?

  1. Un prêt ou des garanties : la SOWALFIN et ses filiales sont les grands acteurs du financement public pour les PME, notamment à travers des prêts subordonnés en complément d’un crédit bancaire (avec un maximum de 500.000 €), l’apport de capital-risque ou encore des garanties couvrant jusqu’à 75 % du financement. Vos interlocuteurs ? Les invests wallons ! Du côté des filiales, la SOCAMUT s’adresse aux microentreprises pour leur offrir un outil combinant une garantie (jusqu’à 150.000 €) et un prêt pouvant grimper à 75.000 €. La SOFINEX a pour vocation de soutenir l’internationalisation des entreprises wallonnes. De son côté, NOVALLIA conseille et aide financièrement les PME innovantes grâce à deux instruments : easy'up et easy’green pour celles qui s’engagent spécifiquement dans la transition énergétique et la diminution des émissions de CO2.

La famille et les amis sont souvent les premiers soutiens de l’entrepreneur… Grâce au prêt « coup de pouce », vous pouvez les encourager à vous aider davantage, puisqu’ils pourront en plus bénéficier d’un avantage fiscal.

  1. Un subside sur mesure : en Région wallonne, les aides à la formation, au conseil et au coaching sont désormais rassemblées dans un portefeuille de chèques-entreprises thématiques. Vous souhaitez, par exemple, réaliser un audit pour l’obtention d’un label en cybersécurité ou améliorer et développer vos performances commerciales et marketing. En fonction du type d’entreprise, vous pourrez bénéficier d’un appui de 50 % à 75 % des coûts hors TVA. Pour en profiter ? Tout est encore plus clair en vidéo ! Vous voulez aller plus loin et connaître toutes les subventions qui existent sur la place wallonne ? Consultez le nouveau cadastre des aides. Vous investissez en Région wallonne ? Demandez une prime à l’investissement.

  2. Ce n’est pas tout… Le public s’engage aussi de plus en plus dans des fonds d’investissement pour soutenir des PME en quête de capital-risque dans des secteurs spécifiques. Le fonds wallon WING, par exemple, s’est donné pour mission de financer les startups numériques wallonnes.

Et à Bruxelles ?

  1. Un prêt ou des garanties : votre principal interlocuteur est finance.brussels et ses nombreuses filiales : brusoc, brustart, exportbru, etc. Vous pourrez bénéficier de 3 outils de financement distincts, en fonction du stade de votre PME : le capital-risque (via des prises de participation, des crédits mezzanine, etc.) à partir de 50.000 €, le cofinancement bancaire pour un maximum de 2 millions d’euros ou encore le microcrédit jusqu’à 95.000 €. Grâce à bruseed, vous pouvez aussi désormais obtenir un coup de pouce financier en phase de démarrage : jusqu’à 250.000 € sur 3 à 5 ans. Quelle que soit l’option choisie, rendez-vous en ligne pour introduire votre demande de financement…

Sachez qu’en Région bruxelloise c’est le Fonds bruxellois de Garantie qui se charge d’assurer vos arrières. Enfin, certains fonds spécifiques ont vu le jour pour vous soutenir : St’Art s’occupe des entreprises culturelles et créatives et brucircle a pour vocation d’appuyer financièrement les projets circulaires.

  1. Un subside pour chaque projet : première chose à savoir ? Cela bouge à Bruxelles, puisqu’une réforme des aides aux entreprises est en plein chantier et devrait être opérationnelle dans la première moitié de 2019. Même si les modalités et les taux d’intervention évolueront certainement, les grands « classiques » resteront d’actualité : investissements, consultance, formation, exportation, recrutement, etc. Parmi les nouveautés ? Des majorations (en fonction des certains critères) viendront renforcer les interventions, une « bourse de préactivité » plus large (allant jusqu’à 60 % avec un plafond à 15.000 euros) ainsi que des aides à l’e-commerce et au coworking. Dans tous les cas, n’hésitez pas à utiliser le module de recherche de l’administration ou à appeler le 1819.

Ce n’est pas tout… Des appels à projets thématiques — économie circulaire, nouvelles technologies, économie sociale, etc. — ont également vu le jour en Région bruxelloise. Une façon d’obtenir un coup de pouce financier ainsi que de bénéficier de l’écosystème entrepreneurial régional. Vous avez une idée très originale ? Testez-la pour savoir si vous pourriez entrer en ligne de compte pour une aide financière de la part d’Innoviris, l’Institut bruxellois pour la Recherche et l’Innovation. Enfin, comme entreprendre, c’est un voyage, Bruxelles a mis au point une série de business pass, donnant accès à une sélection d’initiatives publiques et privées (information, conseils, formations, événements, coaching, programmes d’accélération, etc.).

Plus jamais seul !

Gardez à l’esprit qu’une bonne stratégie de financement passe par la combinaison de plusieurs instruments. Alors, n’hésitez pas à vous faire accompagner dans vos démarches… Auprès de votre banquier ou de votre comptable, par exemple, mais aussi grâce aux structures d’accompagnement régionales :

  • À Bruxelles : le 1819 est la porte d’entrée pour tous les entrepreneurs, par téléphone ou directement sur place. Sans oublier hub.brussels, l’agence bruxelloise pour l’entreprise qui offre une panoplie de services d’accompagnement spécifiques.

  • En Wallonie : c’est MIDAS — le répertoire wallon de l’appui public — qui peut vous renseigner, ainsi que l’une des structures d’accompagnement à l’autocréation d’emploi (SAACE).

Seul on va vite, ensemble on va loin  Proverbe africain

En bref

  • Des aides publiques pour tous les besoins et tous les projets…

  • En Wallonie ? C’est la SOWALFIN qui vous guide. Sans oublier les chèques-entreprises.

  • À Bruxelles ? Votre principal interlocuteur est finance.brussels. Pour un subside ? Contactez le 1819.

  • Dans tous les cas, faites-vous accompagner dans vos démarches.