Votre trésorerie souffre et vos factures s’accumulent : qui payer en priorité?

Quelle priorité pour les créances

Quelle priorité pour les créances

Votre trésorerie connaît des hauts et des bas, mais vos créanciers ne sont pas toujours prêts à attendre… Une attitude proactive permet souvent de limiter les dégâts !

Faites une analyse lucide…

Vos comptes bancaires sont dans le rouge. Dans le même temps, vos factures s’accumulent… Et pour cause, vos rentrées de cash et vos besoins de liquidités ne suivent malheureusement pas le même rythme. Vous attendez peut-être un important paiement de l’un de vos clients, susceptible de couvrir ces dépenses. Mais en attendant, vous devez faire face à vos créanciers. Des décalages temporels qui vous pénalisent. Rassurez-vous : vous avez les moyens d’agir. Première chose à faire ? Établissez un diagnostic complet de vos dettes ouvertes et à venir, en reprenant bien les montants dus, les échéances et les créanciers. Vous avez reçu un rappel de paiement ? Indiquez-le. Des frais supplémentaires s’appliquent ? Ne les oubliez surtout pas. L’étape suivante consiste à déterminer vos priorités…

Occupez-vous d’abord de vos dettes fiscales et sociales

L’administration fiscale est réglée comme une horloge. Impôts et TVA n’attendent jamais… sous peine de voir la note devenir de plus en plus salée. En effet, si vous ne respectez pas les échéances, vous devrez très rapidement faire face à des amendes, des majorations ou des intérêts de retard. Votre dette vis-à-vis de l’État gonfle alors à vue d’œil et vos difficultés aussi. Un effet boule de neige à éviter absolument... Comment ? En refusant d’adopter la politique de l’autruche ! Vous connaissez les timings en la matière, donc prenez contact — avant l’échéance — avec l’administration pour négocier des facilités de paiement. Même si vous n’échapperez pas à certaines pénalités, cela vous permettra de limiter la casse. Vous avez du personnel ? Agissez de la même façon avec l’ONSS. Pour vos cotisations sociales trimestrielles ? C’est pareil, si vous voulez éviter que votre caisse d’assurances sociales ajoute 3 % par trimestre de retard (plus une majoration unique de 7 %).

Un plan d’apurement ? Concrètement…

Pour solliciter des facilités de paiement au fisc, vous avez 3 possibilités :

Pour l’ONSS, rendez-vous sur le portail de la sécurité sociale pour compléter un formulaire de demande. Vous serez invité à justifier votre requête… Rien ne sert de tenter l’impossible. Soyez mesurer et réaliste dans votre « proposition » de plan d’apurement. En ce qui concerne vos cotisations sociales, prenez directement contact avec votre caisse d’assurances sociales.

Prenez soin de vos créanciers stratégiques

Après vos dettes fiscales et sociales, vous avez tout intérêt à vous concentrer sur certains partenaires ou fournisseurs prioritaires. Lesquels ? Tous ceux qui pourraient mettre en danger la continuité de vos activités. Comment continuer à faire tourner votre bar à soupes, si votre fournisseur de légumes n’est plus payé ? Il doit donc figurer en haut de votre liste. Même son de cloche pour votre bail commercial, votre facture d’électricité ou encore vos crédits bancaires. Vous avez suffisamment de liquidités ? Réglez ces créanciers en priorité. Vous n’êtes pas en mesure de le faire ? Alors, prenez contact avec votre partenaire afin de trouver une solution à l’amiable. Un délai de paiement supplémentaire ou un étalement… Quitte à offrir une contrepartie. Dans tous les cas, en ouvrant le dialogue, vous faites preuve de proactivité. Une attitude essentielle pour préserver votre relation commerciale et le rassurer sur votre situation de trésorerie.

Tirez les bons enseignements !

Revenons au début : tous les entrepreneurs connaissent des passages à vide. Mais il ne faudrait pas que ces soubresauts deviennent trop habituels ! Au risque de ne plus pouvoir sortir la tête de l’eau. Si votre trésorerie est régulièrement en berne, il est temps de faire un bilan plus complet de votre situation… et agir en conséquence. Essayez, par exemple, de pousser vos clients à payer plus rapidement pour renflouer vos caisses ou faites la « chasse » aux mauvais payeurs. N’êtes-vous pas trop dépendant d’un seul client ? Profitez-en aussi pour revoir votre structure de coûts ou augmenter vos prix, car vos marges bénéficiaires sont peut-être trop maigres. Quelles que soient vos conclusions, souvenez-vous qu’un « problème sans solution est un problème mal posé ».

 

Entre deux maux, il faut choisir le moindre 

Aristote

En bref

  • Votre trésorerie est dans le rouge ? Vos factures s’accumulent ? Faites le point !

  • Prioritisez vos paiements… En tête ? Vos dettes fiscales et sociales.

  • Pensez ensuite à vos partenaires stratégiques

  • Assurez-vous que vos difficultés de trésorerie sont bien ponctuelles.