Céder son entreprise en 3 étapes

Vous envisagez de céder votre entreprise ? Comment assurer une transition en douceur ? Comment obtenir le juste prix ? Joël Lorent et Ivan Janssens, Conseillers clientèle Professionnelle chez Beobank, vous montrent la marche à suivre.

Transmettre son entreprise.

Transmettre son entreprise.

1. Confirmer sa volonté de céder son entreprise

Céder son entreprise n’est pas anodin. Pour que tout se passe bien, il est capital d’être prêt psychologiquement. Doutes et émotions pourraient en effet générer des attentes irréalistes qui pourraient rendre l’opération difficile voire impossible.

« Pour un actionnaire familial, la cession est souvent un processus émotionnel, confirme Joël Lorent, Advisor Business Banking. Le candidat repreneur, lui, ne sera pas du tout sensible à ces aspects émotionnels, il se basera sur les faits financiers rationnels. ». Bref, mieux vaut être sûr de vouloir vraiment passer la main.

C’est le cas ? La première chose à faire sera de rendre votre entreprise attractive et de planifier la cession. « Pour des raisons fiscales et financières, il est recommandé de s'y prendre plusieurs années à l'avance », conseille Ivan Janssens.

Laissez-vous guider par des professionnels durant cette étape capitale de préparation . Votre comptable, votre avocat d'affaires, votre conseiller Beobank et éventuellement votre réviseur d'entreprise vous fourniront des avis très précieux.

2. Trouver le repreneur idéal

En interne ou en externe, plusieurs pistes sont exploitables. « Si vous ne voyez aucun candidat dans votre entourage proche (enfants, associés, collaborateurs), pensez à élargir votre prospection à un fournisseur, un client voire même un concurrent », détaille Joël Lorent.

N'hésitez pas à parler de votre projet à vos relations d'affaires, aux membres de la Chambre de commerce ou d'autres réseaux professionnels. Si votre recherche reste infructueuse, tournez-vous vers les portails de transmission d'entreprises, comme Sowaccess en Wallonie, BruTrade à Bruxelles et OvernameMarkt en Flandre.

Mais comment choisir le bon repreneur parmi les candidats potentiels ? Il y a trois questions à se poser, pour Joël Lorent : « Un, votre repreneur potentiel a-t-il l’expérience et les qualités requises pour vous succéder ? Deux : quelle est sa motivation ? Trois : dispose-t-il des ressources financières nécessaires ? »

3. Finaliser la cession

Une fois l’accord de confidentialité signé, les candidats recevront le dossier de reprise. Suivront des négociations pour aboutir à des offres de reprise officielles. Une fois votre choix opéré parmi celles-ci, il faudra encore négocier les garanties (par exemple la responsabilité en cas d’éventuels dommages) et les aspects pratiques de la cession.

Une cession d’entreprise dure en moyenne 1 an pour une société individuelle, maximum 3 ans pour une holding.

Le processus se clôture après la signature du contrat de cession, le paiement du prix convenu et le transfert des actions – habituellement via l’inscription dans le registre des parts.

Le moment sera alors venu d’informer votre personnel, vos clients et vos fournisseurs de la transmission de l'entreprise.

Vous êtes prêt pour céder votre entreprise ?

 

> Trouvez le repreneur idéal

> Faites-vous acxcompagner par des spécialistes

>  Négociez et finalisez la cession