Passer d’indépendant complémentaire à principal…

Vous passez d'indépendant complémentaire à principal : prenez conseil !

Vous passez d'indépendant complémentaire à principal : prenez conseil !

Salarié, enseignant ou fonctionnaire, vous travaillez aussi comme indépendant complémentaire. Prêt à franchir le cap pour en faire une activité principale ? Préparez-vous !
 

Comme près de 237.000 travailleurs belges, vous exercez une activité d‘indépendant complémentaire. Et pour cause, c’est une excellente approche pour améliorer vos fins de mois et tester votre idée sans risquer d’y perdre trop de plumes. Votre filet ? Le revenu de votre activité principale ! Sans oublier que vous continuez à profiter des avantages sociaux qui en découlent (congés payés, incapacité de travail, pension légale, etc.). Notez aussi que vous payez des cotisations sociales réduites et que, dans la plupart des cas (si votre chiffre d’affaires est inférieur à 25.000 € par an), vous échappez à la déclaration TVA trimestrielle.

 

Ne vous brûlez pas les ailes…

Mais voilà… Votre activité accessoire fonctionne de mieux en mieux et vous avez envie de franchir le cap : devenir indépendant à titre principal. Qu’est-ce que cela change ? Pas mal de choses ! D’abord, une prise de conscience importante : « vous allez être votre propre patron ». Avec tout ce que cela implique : plus de liberté, mais moins de sécurité. Vous vous accomplissez peut-être davantage, mais vous portez seul la responsabilité de votre projet. Avant de vous jeter à l’eau, préparez-vous correctement. Réalisez des projections concrètes de votre activité, anticipez les coups de mou et surtout faites des prévisions financières réalistes. N’hésitez pas à solliciter les conseils de votre comptable ou de votre banquier pour rédiger un plan financier…


Ne rien risquer est un risque encore plus grand !, Erica Jong, écrivain
 

Droits sociaux : changement de cap !

Premier changement palpable : si le paiement de vos cotisations sociales d’indépendant vous assure une couverture sociale minimum, vous ne bénéficiez plus de la couverture sociale du salarié et vous devez donc pour une bonne part organiser vous-même votre protection. Ce n’est plus votre employeur qui s’en occupe pour vous… Et comme la couverture de l’indépendant est plus ‘réduite’, vous avez tout intérêt à vous protéger valablement ! Vous craignez ne pas disposer d’une pension légale suffisante ? Prenez conseil pour évaluer les différentes possibilités qui existent pour vous constituer une pension complémentaire. Vous voulez préserver un niveau de revenu raisonnable en cas de maladie ou d’accident ? Pourquoi ne pas contracter une assurance revenu garanti ? Vous ne bénéficierez plus de congés payés ? Tenez-en compte dans vos projections financières pour vous accorder des « coussins » de sécurité…

Enfin, une fois ce filet de sécurité constitué, vous pourrez avoir l’esprit libre pour développer vos activités. A terme, il pourrait être intéressant de passer en société, et d’organiser votre protection en partie également au travers de celle-ci. Dans ce cas aussi, prenez conseil !

A retenir:

  • L’indépendant complémentaire
  • Passer en principal : une prise de conscience
  • Un changement important de statut social