Cinq conseils pour réduire vos factures d’hospitalisation

Cinq conseils pour réduire vos factures d’hospitalisation

Cinq conseils pour réduire vos factures d’hospitalisation

Les factures peuvent varier du simple au triple, voire pire, selon l’établissement où vous êtes soigné. Voici quelques bons moyens d’éviter la surfacturation.

 

1. Si vous prévoyez une hospitalisation prochaine (accouchement, opération…), comparez au préalable les prix pratiqués par les hôpitaux proches de chez vous. Les mutualités ont développé des outils pour vous y aider. Le module en ligne Coût moyen d’une hospitalisation développé par Solidaris (ex-Mutualité Socialiste) renseigne le coût moyen facturé par hôpital pour une série d'interventions parmi les plus courantes. Il permet de comparer le coût moyen d’une opération d’un hôpital à l’autre et en fonction de la catégorie de chambre choisie.

Vous pouvez également comparer les prix pratiqués par 4 hôpitaux de votre région pour une même intervention via l’outil Comparaison des hôpitaux des Mutualités Chrétiennes. Cet outil est remis à jour chaque année depuis 10 ans et affiche actuellement les prix relevés en 2013. Pour chaque hôpital, le montant moyen de la facture est publié pour les 5 services les plus courants en hospitalisation classique avec nuitée et pour 11 groupes de traitements en hospitalisation de jour, selon le type de chambre choisi.

 

2. Êtes-vous sûr d’être en ordre de cotisation mutuelle ? Dans le cas contraire, vous devrez payer vous-même l’intégralité des frais (séjours + prestations annexes). Et même si vous disposez d’une assurance hospitalisation, celle-ci n’intervient que pour la partie non prise en charge par la mutuelle… pour autant que vous soyez en règle.

 

3. Ne donnez pas trop vite votre consentement à la déclaration d’admission. Prenez le temps de la lire de long en large. Elle vous permettra de mieux identifier les différents éléments qui auront un impact sur la facture finale. Ainsi les suppléments de chambre et les suppléments pour les prestations médicales doivent-ils être clairement annoncés.

 

4. Avant de payer votre facture, apportez-la à votre mutualité pour vérifier l'exactitude des tarifs mentionnés. En cas d’erreurs, elle prendra contact avec l’hôpital pour la faire corriger. C'est un service offert par la plupart des mutualités. Certains hôpitaux font par exemple payer à leurs patients des compresses, thermomètres, menus diététiques et autres suppléments d’honoraires, selon les Mutualités Chrétiennes et Socialistes, qui relèvent un nombre important de suppléments injustement réclamés à l’issue d’une hospitalisation.

 

5. Ne négligez pas les avantages de l’Assurance Hospitalisation qui pourra prendre en charge la majorité de vos frais hors intervention mutuelle. Y compris des frais engagés avant et après une hospitalisation pour autant qu’ils soient liés à la raison de votre hospitalisation (examens préalables, traitements post-opératoires, médicaments, frais ambulatoires, etc.) Et ce, également en cas d’hospitalisation à l’étranger.