Investir et Épargner

L’IPO, l’étape charnière dans la vie des entreprises cotées en bourse

Que se passe-t-il lorsqu'une entreprise fait son introduction en bourse ?

Que se passe-t-il lorsqu'une entreprise fait son introduction en bourse ?

Ikea, Facebook, Alibaba, Snapchat, Spotify ou encore Zalando, toutes ces entreprises sont un jour ou l’autre passées par l’étape charnière de l’IPO (Initial Public Offering ou introduction en bourse en français). Pourtant, les entreprises mondialement connues ne décident pas toutes d’émettre des actions  et de les vendre en bourse. Vous voulez commencer à investir ? Dans ce cas, il est intéressant de savoir ce qu’est exactement une IPO et ce que cette opération implique.

Qu’est-ce qu’une IPO ?

Le terme IPO (introduction en bourse ou encore offre publique initiale) désigne le moment auquel une entreprise vend pour la première fois des actions en bourse. Ces actions sont donc cotées et librement négociables. Lors d’une IPO, une entreprise peut aussi bien introduire des actions existantes, ou en émettre de nouvelles pour l’occasion. Notez toutefois que l’introduction en bourse d’une entreprise n’exclut pas le fait que celle-ci a peut-être déjà émis des actions non cotées.

Est-il sage d’investir dans une IPO ?

Une IPO indique généralement que la situation d’une entreprise est florissante. En effet, les sociétés cotées en bourse doivent être capables de financer le coût important qu’entraîne la préparation d’une entrée en bourse. De plus, les entreprises qui intègrent des bourses de renom s’attendent souvent à gagner plusieurs millions grâce à cette opération. Pourtant, rares sont les investisseurs qui décident d’investir dans une IPO.

 

Prix d’introduction en bourse

De nombreux investisseurs évitent de miser sur les introductions en bourse. Pourquoi ? Car ceux-ci estiment souvent que les prix d’introduction des actions sont un rien trop optimistes. En outre, ils ne disposent pas de données historiques sur lesquelles se baser pour évaluer la future performance des actions. Enfin, une IPO attire généralement l’attention de nombreux médias. Bien que positive pour l’entreprise en pleine IPO, cette publicité risque toutefois d’influencer bon nombre d’investisseurs et de les encourager à acheter les nouvelles actions, au risque de créer une bulle spéculative.

L’IPO, loin d’être un passage obligatoire pour les grandes entreprises

Pour chaque grande entreprise qui décide d’entrer en bourse, l’une d’elles renonce en connaissance de cause à une IPO (Auchan, par exemple). Ces sociétés préfèrent garder leur capital privé pour diverses raisons. Pour commencer, les entreprises qui font leur entrée en bourse courent le risque que leurs concurrents directs achètent une majorité de leurs actions et deviennent alors leur actionnaire majoritaire. De plus, le monde boursier pardonne rarement les erreurs de gestion et les entreprises ne souhaitent pas toujours justifier chacun de leurs investissements auprès de leurs actionnaires.

Que dit la loi au sujet de l’émission initiale ?

Les entreprises cotées en bourse doivent se soumettre à toute une série d’obligations. Elles doivent notamment : 

  • avoir des projets concrets de croissance (un prospectus doit être rédigé et validé par la banque chef de file de l’IPO) ; 
  • communiquer avec transparence à propos des objectifs qu’elle atteint ou non ; 
  • mettre en place un comité d’audit (en Belgique, du moins) chargé de suivre sa croissance.

Comment pouvons-nous vous aider ?