Le bon moment pour investir ?

Le bon moment pour investir ?

Le bon moment pour investir ?

En demi-teinte, la première partie de l’année s’est traduite par des hauts et des bas. Avec le lancement de l’Assouplissement Quantitatif (QE ou Quantitative Easing), la politique monétaire par laquelle les banques centrales rachètent des obligations, les actions européennes ont affiché en moyenne une baisse de plus de 10 % sur le 1er semestre. Les marchés ont également connu d’importants remous en raison d’une recrudescence de la crise grecque.

Situation différente en Asie. Au Japon, les marchés ont continué à grimper sous l’impulsion des mesures prises par le gouvernement. En Chine, les marchés ont eux aussi connu une envolée mais elle s’expliquait par des facteurs essentiellement techniques - et non économiques.Suite à la connexion des bourses de Hong Kong et de Shanghai, le marché chinois est devenu plus accessible pour les investisseurs chinois et internationaux. La volatilité sur les marchés a augmenté drastiquement depuis la mi-mai. La Chine dévalue actuellement sa monnaie (Yuan) afin de pouvoir relancer les exportations et amortir économiquement la future hausse des taux américains.

Quant aux États-Unis, ils ont démontré que le potentiel de croissance à moyen terme reste bien présent… mais les attentes de résultats très élevées ont conduit à quelques déceptions.


Quelques événements attendus pour cette 2e partie d’année 


  • L’annonce de Madame Yellen (présidente de la Fed, banque centrale américaine) concernant  une hausse des taux. On s’attend davantage à une hausse limitée, « symbolique ».

  • Le résultat des élections de certains Etats européens comme l’Espagne et le Portugal sera suivi de près

  • « L’après Greek Bailout 3» et ses conséquences.


  •  

 


Quelles opportunités d’investissement pour compléter votre portefeuille d’investissement ?

En première position, l’Europe.
Les arguments favorables à un investissement pour cette région restent inchangés par rapport au début d’année :

 

 


  • dévaluation de la monnaie ;

  • politique monétaire accommodante ;

  • injection monétaire.


  •  


Aux États-Unis, la hausse des taux pourrait être bénéfique pour plusieurs secteurs : banque et assurances, immobilier, automobile.

En Asie, la politique monétaire des banques centrales pourrait continuer à favoriser la hausse des marchés - même s’ils ont connu quelques revers ces derniers mois, notamment en Chine.


Actions ou obligations ?

Nos analystes considèrent que des opportunités d’investissement restent d’actualité dans ces 2 classes d’actifs.

Sur le segment obligataire, nous continuerons à profiter de l’assouplissement quantitatif  initié dans la région asiatique (Australie, Chine) et européenne (Italie, Espagne).

Au niveau des obligations d’entreprises :

 

 


  • Les obligations émises par les institutions bancaires resteront favorisées au sein de notre approche.

  • Nos analystes favoriseront les fonds qui ont des obligations adossées aux taux d’intérêt. Ces  obligations profitent de la hausse des taux. Il y a aussi les obligations qui bénéficient de la hausse des marchés des actions tout en conservant une structure dite obligataire (Obligations convertibles).

  • Les obligations à haut rendement (de type High Yield)) permettront de pérenniser les rendements obligataires (coupons) dans un environnement où le faible taux d’intérêt pénalise l’épargne.


  •  


Sur les marchés des actions, nos analystes s’exposeront

 

 


  • aux thématiques qui bénéfient d’une hausse des taux américains ;

  • à la reprise de l’économie européenne ;

  • à un rééquilibrage macroéconomique en Asie.


  •  

 


Conclusion : une fin d’année encourageante

De nombreux signaux permettent d’envisager une fin d’année plus sereine :

 

 


  • la volatilité des derniers mois a ramené les valorisations des différentes régions du monde à des niveaux attractifs ;

  • la probable hausse des taux aux États-Unis offrirait l’opportunité de se focaliser sur d’autres segments (consommation, crédit) ;

  • la baisse de l’euro face au dollar soutiendrait encore les entreprises européennes exportatrices.


  •  


Pour la fin de 2015, la diversification dans des thématiques porteuses restera notre mot d’ordre. C’est le moment de revoir votre portefeuille afin de saisir les récentes opportunités sur les marchés d’actions  tout en se repositionnant dans des segments qui seront tout autant robustes dans des marchés bien agités.

N’hésitez pas à contacter votre conseiller Beobank, toujours à votre disposition afin d’examiner votre portefeuille et de vous proposer un rééquilibrage si nécessaire.

 

 

 

 

 

Nous vous rappelons que les produits d’investissement sont exposés à des risques, en ce compris la perte possible du capital investi. Les produits d’investissement ne sont pas des dépôts bancaires et ne sont pas garantis par Beobank NV|SA.