Investir et Épargner

Les obligations structurées : avantages et risques

Quels sont les avantages et les risques d'une obligation structurée ?

Quels sont les avantages et les risques d'une obligation structurée ?

Les obligations structurées, connues aussi sous leur nom anglais structured notes, permettent à un investisseur d’espérer viser un rendement potentiellement plus élevé. Mais quelles sont les différences avec une obligation classique?

Une base commune

Avec une obligation classique à taux fixe ou à zéro coupon, vous savez à l’avance combien vous percevrez en intérêts et à quel moment. En outre, à l’échéance, vous récupérez l’intégralité de votre capital. Vous pouvez ainsi calculer avec précision le rendement attendu de votre placement. Il n’y a donc pas de surprises, sauf si l’émetteur de l’obligation connaît des difficultés financières (en cas de faillite par exemple) et qu’il est dans l’impossibilité de verser les intérêts et/ou de restituer le capital comme convenu.

D’après l’agence Standard & Poor’s, qui analyse la solvabilité des sociétés, le nombre d’entreprises n’ayant pas été en mesure d’honorer (complètement) leurs obligations financières n’a jamais dépassé 0,42 % du total depuis 2000. Ce chiffre se rapporte toutefois aux entreprises jugées solvables par l’agence. Il en va autrement des entreprises qualifiées de spéculatives en raison d’une notation moins bonne. Parmi celles-ci, le nombre de défauts de paiement a atteint 9,90 % en 2009, au plus fort de la crise. Deux ans plus tôt, ce chiffre n’était que de 0,91 %.

Obligation structurée

Une obligation structurée est généralement composé d’une obligation à coupon zéro et d’une option sur des actifs sous-jacents.

Une obligation à coupon zéro est une obligation qui ne verse pas d’intérêts pendant la durée de vie de l’emprunt (les intérêts ne sont pas distribués annuellement, mais capitalisés jusqu’à l’échéance). Cette partie de l’investissement vise à assurer le remboursement total ou partiel du capital investi à l’échéance dépendant du type de structure.

Il existe en effet des obligations structurées avec protection (100%) du capital à l’échéance, d’autres qui n’offrent qu’une protection partielle (90% par exemple) et même certaines qui n’offrent aucune protection. En fonction du degré de protection, les obligations structurées font planer une certaine incertitude sur le remboursement.

Le principe de risque de défaillance de l’émetteur (risque de crédit) est le même pour une obligation classique et une obligation structurée. Tout comme les obligations classiques, les obligations structurées ne sont pas protégées par le Fonds de garantie qui garantit les avoirs confiés à une banque jusqu’à 100 000 euros. Il est donc important de vérifier la qualité de l’émetteur.

Le reste du montant investi est placé dans une option liée par exemple à l’évolution d’un indice boursier ou d’un panier d’actions, du prix de l’or ou d’un autre actif financier. C’est cette option qui permettra de générer ou pas des revenus en fonction de l’évolution des marchés (risque de marché).

Du fait de leur structure et des mécanismes de fixation des revenus potentiels, les obligations structurées sont donc plus complexes que les obligations ordinaires. De manière générale, dépendant du degré de protection et du mécanisme des revenus, vous pouvez toutefois connaître à l’avance l’ampleur maximale de votre gain ou de votre perte dans des circonstances normales.

Un marché secondaire organisé n’existant généralement pas, les obligations structurées sont des produits peu liquides et leur prix peuvent fluctuer. Un investisseur doit  donc avoir l’intention de garder le produit jusqu’à son échéance et doit dès lors être en mesure de pouvoir se passer du montant investi durant toute cette période.

Avant d’investir dans une obligation structurée, il est donc nécessaire de bien comprendre sa structure, le mécanisme de détermination du gain ou de la perte potentiels et de connaître la qualité de l’émetteur. Le document d'informations clés peut vous être d’une grande aide dans cette démarche. Bien entendu, votre conseiller peut également vous fournir des informations complémentaires. 

Résumé

 

  • Avec les obligations classiques, vous savez exactement ce que vous percevrez.
  • Avec les obligations structurées, le rendement n’est pas déterminé à l’avance.
  • Vous pouvez toutefois calculer l’ampleur maximale de votre gain ou de votre perte.
  • Optez pour un émetteur assorti d’une notation de crédit élevée.

Comment pouvons-nous vous aider ?