Investir et Épargner

Vous gagnez un championnat de football à douze

Peter Croonen

Peter Croonen

Pour gagner notre championnat de football, il faut placer les bonnes personnes aux bons endroits, sur le terrain, mais aussi en dehors. Au KRC Genk, il s’agit de Peter Croonen, Président, et d’Erik Gerits, Directeur général. Ils jettent un regard croisé sur la saison passée et analysent la saison en cours.

Comment se sent-on lorsqu’on est respectivement Président et Directeur général d’un champion ?

Erik Gerits : « Je suis très fier, mais aussi reconnaissant. Fier d’être champion, car c’est le mieux que l’on puisse faire en Belgique. Dans le même temps, je suis reconnaissant envers tous ceux qui ont permis d’atteindre cet objectif. Les joueurs sont généralement sous les feux de la rampe, mais nous devons souligner l’excellent de notre équipe d’entraîneurs et de l’ensemble de nos collaborateurs. J’ai un message tout particulier pour nos supporters. Grâce à eux, tout au long de la saison, nous avons joué à douze. Pour moi, le titre est le résultat d’une belle coopération et j’en suis très fier. »

Peter Croonen : « J’ai déjà vécu ce moment, mais en tant que supporter. En tant que Président, c’est la première fois et c’est fantastique. C’est l’espoir d’une vie et nous avons travaillé dur pour y arriver. Ce n’est pas le fruit d’une, mais de plusieurs années de travail ; le travail de nombreuses personnes. C’est intense et beau à vivre. Aujourd’hui, c’est un trophée placé dans une belle vitrine, mais il ne nous donne aucune garantie pour l’avenir, aucun point supplémentaire dans la nouvelle saison. Nous devons travailler plus dur encore. La saison des transferts s’est bien déroulée. Nous avons dû laisser partir des joueurs, avec regrets, mais il y a aussi de belles arrivées. »

Quand avez-vous commencé à croire au titre ?

Erik Gerits : « Nous avons commencé à croire quelque chose possible au début des play-offs. Certes, cela reste dix matchs contre les meilleures équipes. Tout le monde peut l’emporter, mais tout le monde peut aussi perdre. Rappelez-vous : nous avions une belle avance pour aller à Bruges puis les choses ont mal tourné. Puis, cela a été Anderlecht. Un match particulièrement stressant. Le dimanche suivant, le match contre le standard aurait pu être décisif. Il se passe toujours quelque chose contre cette équipe. Heureusement, nous n’en sommes pas arrivés là et avons pris le titre à Anderlecht. Disons simplement que nous y avons toujours cru, mais que jamais nous ne nous sommes proclamés favoris. Le candidat au titre l’est, pas le favori. Dans cette dernière partie, nous avons fait le travail et j’en suis particulièrement satisfait. »

Le début de la nouvelle saison a été moins fabuleux. Il est difficile de garder la tête froide ?

Erik Gerits : « Nous savions que nous venions de vivre une saison exceptionnelle. Décompresser après ce genre d’année n’est que normal. En outre, nous savions que certains garçons souhaitaient partir. Des Trossard, Malinovskyi et Aidoo constituaient les fondations de l’équipe. Nous avons aussi dû gérer les transferts entrants. Nous avons aussi stressé en début de compétition parce que le noyau n’était pas complètement formé. Heureusement, tout commence à se mettre en place. Les résultats vont suivre, j’en suis convaincu comme je suis convaincu de la force de notre équipe. » /p>

Peter Croonen : « J’essaye toujours de rester serein face à l’illusion que procure le football. Il y a une vie entre deux matchs. La vie m’a montré qu’il fallait avoir une vision à long terme. Une saison de football est longue. Pour être honnête, je m’attendais à ce que les débuts de saison soient difficiles. Des joueurs sont partis, d’autres doivent trouver leur place… Le tout est managé par un nouvel entraîneur… En outre, vous devez également trouver un sens à la réalité du moment. Ce n’est pas parce que vous êtes devenu champion que tout continuera à se passer aussi bien. Nous sommes encore en phase de reconstruction, mais je suis sûr que nous allons avoir une belle saison malgré tout. »

La pression se fait plus forte une fois que vous êtes champion. Aussi de l’extérieur. C’est difficile à gérer ?

Peter Croonen : « En ce qui me concerne, pas vraiment ! Vous décidez d’être sous pression… ou pas. Nous devons être réalistes, tant dans notre communication que dans nos attentes. Nous avons constitué un nouveau noyau. La question est de savoir à quelle vitesse il réussira. L’ambition de cette saison est celle qu’a toujours eu Genk : se qualifier pour les play-offs 1 le plus rapidement possible, obtenir un ticket européen et, pour cette saison tout particulièrement, faire un parcours honorable en Champion’s League. »

Erik Gerits : « Bien sûr, nous voudrions tous entendre que nous sommes à nouveau favoris pour le titre et que c’est ce qui va se passer. Cela fera de jolis titres dans les journaux. Mais les choses ne se passent pas comme ça. Nous devons éviter autant que possible ce genre d’effusion. Cette vantardise ne ressemble pas à Genk. J’adhère totalement à l’ambition telle qu’elle a été exprimée par Peter. »

Comment pouvons-nous vous aider ?