Transmettre votre entreprise : à quel type de repreneur ?

L’une des conditions de réussite d’un transfert d’entreprises ? Trouver le bon repreneur…

L’une des conditions de réussite d’un transfert d’entreprises ? Trouver le bon repreneur…

Après une carrière entrepreneuriale bien remplie, vous envisagez de passer la main. Pour réussir la transmission de votre entreprise, préparez-vous suffisamment tôt et commencez dès aujourd’hui à chercher un repreneur…

Comme vous le lirez de plus en plus autour de vous : la transmission d’entreprises (ou repreneuriat) représente l’un des principaux enjeux économiques des années à venir. Et pour cause, entre autres à cause du vieillissement de la population, le nombre d’entrepreneurs de plus de 50 ans ne cesse d’augmenter. Ce qui signifie qu’au cours des prochaines années plusieurs milliers d’entreprises (près de 320.000 entre 2012 et 2020 selon le CeFIP - Centre de Connaissances sur le Financement des PME) devront changer de mains ou… fermer leurs portes.


Préparer votre cession en amont…

Si des campagnes de sensibilisation au repreneuriat se font de plus en plus présentes, la réalité est pourtant encore loin d’être idéale. Ainsi, selon un sondage de l’UCM (2016), la majorité des entrepreneurs qui envisage une cession dans les 5 ans n’a pas encore de repreneur en vue. Et plus d’un tiers d’entre eux n’a effectué aucune démarche dans ce sens. C’est votre cas ? Vous êtes dirigeant d’entreprises et vous approchez inexorablement de l’âge de la retraite ? N’attendez pas qu’il soit trop tard pour préparer votre départ : préparez dès aujourd’hui le transfert de votre société ! Cela passe inévitablement par la recherche d’un repreneur…

Transmettre! Oui, mais à qui ?

C’est l’une des étapes fondamentales d’un processus de transfert réussi : trouver un repreneur. Les acquéreurs potentiels de votre société peuvent être rangés dans 4 grandes catégories :

  • Un membre de votre famille : et pour cause, près 75 % des PME belges sont des entreprises familiales. Cette option peut donc sembler idéale, puisque c’est, entre autres, une excellente façon de « conserver » votre activité dans votre sphère proche. Pourtant, la transmission familiale n’est pas toujours possible (seulement 15 % des interrogés y songent dans le sondage réalisé par l’UCM en 2016). Soit en l’absence de successeur, soit parce que vos enfants ont choisi de suivre une autre voie. De plus, cette solution est souvent la moins rentable… Si vous avez la chance d’avoir un repreneur dans votre entourage, n’hésitez pas à élaborer un plan de succession détaillé, notamment pour transmettre votre savoir-faire, former votre successeur, établir un calendrier de transmission et déterminer clairement vos roles.
     
  • Le management buy-out : derrière cet anglicisme se cache la reprise de votre entreprise par un ou plusieurs membres de votre personnel. Une solution qui présente des avantages : vous confiez votre « bébé » à des personnes qui vous sont proches et ces derniers connaissent la « maison » de l’intérieur. Un gage de confiance ! Une relation de proximité qui peut aussi faciliter le processus de transmission. Là où cela peut coincer ? Au moment de récolter les fonds… En effet, le financement est souvent la pierre d’achoppement du repreneuriat, notamment dans ce type de reprise.


Après avoir cherché sans trouver, il arrive qu’on trouve sans chercher, Jerome K. Jerome
 

  • Une personne étrangère à la société : votre entreprise est sur « le marché » et vous vous lancez à la rechercher d’un acquéreur tiers. Un « saut dans le vide » qui peut s’avérer fastidieux, tant pour rechercher la bonne personne que pour nouer la relation et établir un lien de confiance. Vous devrez donc prendre vos précautions. Soyez particulièrement prudent à l’égard du profil des éventuels candidats repreneurs : assurez-vous de leur compétence, de leur fiabilité ainsi que de leur capacité financière. Des plateformes (lire ci-dessous) existent pour vous aider à faire le bon matching…
     
  • Un acquéreur stratégique : l’idée est de faire reprendre votre entreprise par un « gros poisson ». Tout dépend évidemment de votre secteur, de la spécificité de vos produits ou services ainsi que de votre position sur le marché. Pour un grand groupe, c’est peut-être l’occasion d’augmenter ses parts de marché, d’acquérir rapidement de la valeur ajoutée ou encore de toucher une autre clientèle. De votre côté, vu les avantages potentiels pour votre repreneur, c’est une option qui peut se révéler rentable, à condition de déterminer correctement la valeur de votre société.
     

Faites-vous accompagner !

Après avoir identifié le profil idéal de votre repreneur et éventuellement dressé une première short-list de potentiels candidats, vous avez encore un bon bout de chemin à parcourir. En effet, le processus de transfert de votre entreprise peut s’avérer long et complexe. C’est pourquoi vous avez tout intérêt à faire appel à des experts, par exemple un avocat. Sachez aussi que de plus en plus de plateformes d’appui, notamment régionales, voient le jour pour vous accompagner tout au long du processus : Sowaccess en Wallonie, le HUB Transmission à Bruxelles ou Overnamemarkt.be en Flandre.