3 questions à se poser avant de reprendre une entreprise

Reprendre une entreprise se poser les bonnes questions

Reprendre une entreprise se poser les bonnes questions

La reprise d’une entreprise est une décision importante. Changer de vie professionnelle a de multiples conséquences. Avant de se lancer, mieux vaut donc se poser les bonnes questions…

Prendre la tête d’une entreprise. Voilà bien une envie passée au moins une fois dans la tête de bon nombre de salariés, en quête de nouveaux challenges. C’est vrai que la reprise d’une entreprise a souvent de quoi séduire. Le projet n’en reste pas moins un saut dans l’inconnu, forcément risqué. Avant même d’entamer les recherches pour trouver une entreprise à reprendre, plusieurs questions sont donc à se poser…

1. Quelles sont mes motivations ?

S’interroger sur son investissement et sa motivation est essentiel pour éviter les mauvaises surprises, une fois la machine lancée. Quand et pourquoi reprendre une entreprise ? Derrière ces questions a priori simples se cache néanmoins un élément important : ce désir de changement est-il lié à une déception professionnelle ou un projet de très longue date ? La réflexion n’est pas banale car il est indispensable de s’extraire au maximum de l’émotionnel pour éviter de prendre une mauvaise décision sur un coup de tête.

2. Quels chamboulements entraînera cette reprise dans ma vie ?

Il est également important de prendre conscience des chamboulements qu’apportera un tel un changement dans le quotidien. « Reprendre une société demande une implication très importante. Cela impactera la vie professionnelle mais pas seulement. L’organisation autour sera aussi affectée. Cela aura des influences sur la vie de famille, sur les horaires… », détaille Nicolas Pirotte, de la Sowaccess, la Société Wallonne d’Acquisitions et de Cessions d’Entreprises, un organisme facilitant la transmission. S’entourer et avoir le soutien de ses proches et de sa famille sera donc primordial.

3. Ai-je les compétences indispensables

On ne s’improvise pas chef d’entreprise du jour au lendemain. La fonction demande évidemment des compétences spécifiques. Des connaissances en gestion sont indispensables mais pas seulement. « Savoir faire un plan d’affaires est évidemment essentiel mais il faut aussi avoir de bonnes notions de management ou en ressources humaines, sans oublier forcément des affinités avec la spécialité de l’entreprise. Il ne faut pas être menuisier pour reprendre une société du secteur mais c’est indispensable d’avoir de bonnes bases, pour comprendre parfaitement la réalité de ses travailleurs », souligne Nicolas Pirotte. Une proximité technique avec le business de son entreprise qui sera d’autant plus importante que la structure de la société sera réduite.

Cerner l’ensemble des questions à se poser n’est pas simple.  Afin de faire le tour de la thématique de la manière la plus efficace, il est sans doute utile de prendre contact avec des spécialistes de la transmission. Rendez-vous dans les Beobank PRO Centers, vous y trouverez des partenaires utiles durant toute votre démarche.

En bref

  • Quelles sont mes motivations ?

  • Qu’est-ce que ça va changer dans ma vie ?

  • Ai-je les compétences ?

  • Qui peut m’accompagner ?