Pour une meilleure expérience de navigation, nous vous invitons à utiliser un autre navigateur compatible comme Firefox ou Google Chrome.

Investir dans des fonds de fonds : une bonne idée ?

Investir dans des fonds de fonds

Tant auprès des novices en bourse que des investisseurs chevronnés, les fonds de fonds jouissent d’une popularité sans cesse croissante. Cependant, qu’est-ce qu’un fonds de fonds exactement ? Et pourquoi s’agit-il d’un instrument d’investissement intéressant ? Roel De Buyser, Responsable Conseil Épargne et Investissements chez Beobank, nous éclaire.

Qu’est-ce que des fonds de fonds?

L’explication est assez simple, déclare Roel De Buyser. « Ce sont des fonds d’investissement qui, à leur tour, investissent dans d’autres fonds d’investissement. Il s’agit donc littéralement de ‘fonds de fonds’, funds of funds en anglais. À leur tour, les fonds sous-jacents contiennent différents actifs, tels que des actions et des obligations. »

La façon dont sont composés les fonds de fonds est aussi leur avantage principal. « Via les fonds sous-jacents, un fonds de fonds peut comprendre des dizaines, voire des centaines d’actions et d’obligations différentes », explique Roel. « Vous répondez donc immédiatement à la règle boursière la plus connue et la plus fondamentale : ne pas mettre tous ses œufs dans le même panier. S’il renferme un fonds de fonds, votre portefeuille sera en tout cas diversifié, tant en termes de régions que de thèmes. On investit dans des actions américaines, des actions européennes et des actions de pays émergeants, mais aussi, par exemple, dans le secteur de la technologie, le secteur médical, le secteur industriel, etc. Cela vaut également pour les obligations : un fonds de fonds contient des obligations d’entreprise, des obligations d’État, des obligations européennes ou non-européennes, …»

Outre cette bonne diversification, les fonds de fonds ont un deuxième atout majeur à faire valoir, dit Roel. « Tout comme pour les fonds d’investissement ‘ordinaires’, les fonds de fonds sont suivis par des gestionnaires de fonds professionnels. Les clients ne se voient donc pas amenés à constamment avoir un œil sur les cours, ou encore à se tâter sur le bien-fondé d’investissements potentiels, ou le moment précis auquel il serait bon d’acheter ou de vendre des actifs. Tout cela, c’est le gestionnaire de fonds qui s’en occupe. »

Novice vs. investisseur averti

Cela ne signifie cependant absolument pas que seuls les adeptes boursiers en herbe trouvent le chemin de ces fonds qu’on appelle aussi ‘fonds parapluie’. Beobank a lancé ses fonds de fonds il y a deux ans et ils s’avèrent être un instrument fort apprécié, tant par ceux qui font leurs premiers pas en Bourse que par des investisseurs plus aguerris. « Depuis le début de la pandémie, beaucoup de gens ont trouvé le chemin de la Bourse, et les fonds de fonds sont un excellent moyen d’initiation », indique Roel. « Par contre, on constate chez ce type de clients que l’investissement moyen est significativement inférieur à celui des investisseurs expérimentés. Les novices opteront aussi plus souvent pour des placements via un plan d’épargne, par exemple en investissant chaque mois 50 ou 100 euros, car ça aussi c’est parfaitement possible. Lorsqu’on considère les investisseurs chevronnés, il s’avère qu’il s’agit souvent de gens ayant un travail très prenant qui n’ont ni le temps, ni l’envie, après une grosse journée, d’encore passer des heures sur leurs placements. »

Un fonds de fonds vous permet donc de vous décharger d’une partie du travail qu’entraînent les investissements. La question qui se pose alors est de savoir si un client jouit toujours de suffisamment d’autonomie pour pouvoir décider par lui-même dans quoi il investit. « On abandonne en effet la composition précise de son placement, mais cela se fait alors en échange d’un suivi de grande qualité », réagit Roel. « On ne navigue certainement pas non plus à l’aveugle. Chaque trimestre, nous fournissons à nos clients un rapport détaillé dans lequel nous cadrons et expliquons notre stratégie, communiquons les performances du fonds et expliquons pourquoi nous avons acheté ou vendu tel ou tel actif. En veillant à ce que les investisseurs restent bien informés, nous cherchons à les préserver d’achats impulsifs et/ou de ventes dans la panique. Les grandes émotions et la Bourse sont rarement les meilleurs amis, surtout à long terme. Ce type de danger aussi, vous pouvez l’anticiper en confiant votre portefeuille à un professionnel. »

L’appétit du risque

Une autre préoccupation que les investisseurs ont souvent avec les fonds, est la façon dont leur appétence au risque est prise en compte. Certains préfèrent en effet prévoir dans leurs investissements une marge de sécurité supplémentaire, même s’ils doivent alors se satisfaire d’un rendement quelque peu inférieur. « C’est indiscutablement une réflexion valable », acquiesce Roel. « Nous y parons en proposant quatre fonds de fonds distincts, avec une répartition différente entre actions et obligations. Cela peut aller d’un fonds très conservateur avec une majorité d’investissements dans des obligations et le solde dans des actions, à un fonds très dynamique dans lequel la majorité de l’investissement va en actions et le reste en obligations. Entre les deux se trouvent encore deux autres fonds présentant un caractère défensif et plus équilibré. »

Et puis, bien sûr, la question clé : quelles sont en réalité les performances des fonds de fonds de Beobank ? « Les fonds ont grandement profité des bonnes performances boursières de la seconde moitié de 2020 et de 2021, mais je ne vous révèle pas un grand secret en ajoutant qu’en 2022, jusqu’à présent, les circonstances ont été bien moins propices », déclare Roel. « Comparés à d’autres fonds, nous avons toutefois réussi à être extrêmement compétitifs. Cela vient, entre autres, du fait de notre ‘architecture ouverte’. Pour les produits sous-jacents de nos fonds, nous avons la possibilité de choisir parmi une dizaine de fournisseurs différents, ce qui nous permet de puiser dans une offre des plus qualitatives. Cette année, très vite déjà nous avons par exemple aussi placé une bonne partie des portefeuilles dans des fonds monétaires, en prévision de temps meilleurs. Appelons cela une sorte de ‘traitement d’attente’. Pour notre fonds équilibré, il s’agit par exemple d’environ 15 % du portefeuille. De cette façon, nous ne sommes peut-être pas en mesure d’encaisser 100 % de l’augmentation espérée, mais nous évitons aussi les pertes que rencontrent actuellement de nombreux investisseurs. »

Durabilité

Pour conclure : les fonds de fonds existant depuis un certain temps, quelle est selon Roel – l’évolution majeure qui a marqué ce type d’investissements durant l’année écoulée ?

« C’est sans aucun doute l’évolution vers des objectifs de durabilité et d’ESG. Celle-ci a assurément un impact important sur les rendements et les allocations des fonds. Sur ce point, Beobank aussi impose des normes de qualité toujours plus strictes à ses fournisseurs. Les sociétés actives dans les domaines des paris, du tabac et des armes, par exemple, sont radicalement exclues de nos portefeuilles. Nous sommes aussi particulièrement attentifs à tout ce qui touche aux combustibles fossiles. Même si là, nous sommes tout de même aussi forcés de chercher un équilibre. Ce type d’entreprises est en pleine conversion. Si nous les excluons totalement aujourd’hui, le levier pour poursuivre dans cette voie aura disparu. Il convient donc de trouver un bon dosage entre durabilité et raison sans aller trop loin. »

 

Nous vous rappelons que les produits d’investissement sont exposés à des risques en ce compris la possible perte du capital investi. Les produits d’investissement structurés distribués par Beobank NV/SA ne sont pas des dépôts bancaires et ne sont pas garantis par Beobank NV/SA.

Plus d'informations sur nos fonds de fonds ?

Prenez rendez-vous

Comment pouvons-nous vous aider ?