Pour une meilleure expérience de navigation, nous vous invitons à utiliser un autre navigateur compatible comme Firefox ou Google Chrome.

Marchés financiers : aperçu de la situation

Par Yves Kazadi, Senior Analyst - 30/09/2022

Aperçu des marchés

Des obligations plus attractives

Les banques centrales sont passées à la vitesse supérieure pour lutter contre l’inflation, ce qui pèse sur les Bourses et obscurcit les perspectives économiques. Dans cet environnement difficile, la hausse des taux commence à offrir certaines opportunités sur les marchés obligataires.

Que cela soit aux États-Unis ou en Europe, les banques centrales ont annoncé des hausses de taux historiques en septembre. Et ce n’est probablement pas fini, l’inflation restant très tendue. Elle a même atteint un record de 9,1 %1 en août dans la zone euro. Les banques centrales devraient ainsi continuer à relever leurs taux directeurs. Les taux à plus long terme augmentent aussi, mais moins rapidement. Pour le début de l’année 2023, les marchés anticipent que le taux de la Réserve fédérale américaine (Fed) sera de 4 % - 4,25 % et le taux américain à 10 ans légèrement inférieur à 4 %.

Viser une récession modérée

La stratégie de la Fed consiste à durcir sa politique monétaire le plus fortement possible afin de freiner l’inflation. Ce qui pourrait occasionner au passage une récession fin 2022-début 2023, un retournement que l’institution espère limiter grâce notamment au maintien des dépenses des ménages. Ces derniers bénéficient notamment de la vigueur du dollar et de l’épargne accumulée durant la pandémie.

Si la Fed est effectivement parvenue à reprendre le contrôle de l’inflation d’ici le printemps prochain, elle pourra ensuite assouplir sa politique pour relancer la machine économique. Dans ce scénario, la récession demeurera modérée, ce qui semble être un moindre mal au vu des circonstances actuelles.

L’Europe et l’euro au plus bas

Pour l’Europe, la situation est compliquée par les problèmes d’approvisionnement en énergie qui accentuent l’inflation et les difficultés économiques. De plus, la fébrilité de l’euro accroît les tensions sur les prix des biens importés et libellés en dollars.

Sur les marchés, l’Europe demeure ainsi la région la plus détestée par les investisseurs. D’autant plus que la Banque centrale européenne (BCE) doit à la fois juguler l’inflation et veiller à éviter un détricotage de la zone euro.

La victoire de l’extrême droite aux élections en Italie pourrait être un premier test grandeur nature pour son nouvel instrument anti-fragmentation. Ce dernier permet à la BCE d’acheter des obligations de pays en difficulté pour éviter un déraillement du coût de la dette.

Retour vers les obligations

Dans cet environnement incertain, les investisseurs s’intéressent de nouveau aux obligations souveraines ces derniers mois. Les rendements sont aujourd’hui plus attractifs à plus de 4 %2 pour le bon du Trésor américain à 5 ans et 2,1 %3 pour le Bund allemand de même durée. On ne peut exclure que ces taux progressent encore, mais cette hausse devrait rester limitée dans les scénarios actuels.

Nous privilégions les obligations d’entreprises européennes d’une durée de 1 an à 5 ans cotant sous le pair. En raison de la remontée des taux, les cours de nombreux titres ont en effet chuté entre 85 % et 90 %. Plus on s’approchera de l’échéance, plus le cours devrait se rapprocher de 100 %, le prix de remboursement. À la condition évidemment d’éviter les défauts de paiement (non-remboursement).

C’est pourquoi nous ciblons les entreprises solides et moins exposées à la conjoncture et aux prix de l’énergie.

Obligations émergentes

Les marchés émergents peuvent aussi offrir des opportunités. En Chine, le ralentissement de l’économie devrait inciter les autorités monétaires à assouplir leur politique, ce qui serait bénéfique pour les cours des obligations. Le reste de l’Asie reste aussi attractif à l’exception de la Thaïlande dont l’économie, très dépendante du tourisme, souffre de la politique zéro Covid du pays.

Au Brésil, les taux très élevés sont attractifs et le pays profite de sa richesse en matières premières. Mais il convient d’y investir prudemment.

Nos conseillers sont toujours disponibles pour des informations supplémentaires. N'hésitez pas à les contacter.

 

Sources:

1.  https://ec.europa.eu/eurostat/documents/2995521/14675409/2-31082022-AP-FR.pdf/80646c93-6615-2baa-07aa-9eda7a5e5e6c?t=1661863347149

2. https://fred.stlouisfed.org/series/DGS5

3. https://www.investing.com/rates-bonds/germany-5-year-bond-yield

Prenez rendez-vous avec un de nos experts

Investisseur novice ou expérimenté ? Prenez le temps de nous parler de vos objectifs. Nous nous ferons un plaisir de partager notre expertise avec vous. Notre conseil est gratuit et ne vous engage à rien.

Rencontrons-nous

Comment pouvons-nous vous aider ?