Pour une meilleure expérience de navigation, nous vous invitons à utiliser un autre navigateur compatible comme Firefox ou Google Chrome.

Marchés financiers : aperçu de la situation

Par Yves Kazadi, Senior Analyst - 06/05/2022

Aperçu des marchés

Les banques centrales : amies ou ennemies des marchés ?

Le mois d'avril a fait subir aux investisseurs une sévère correction entrainant l’annulation de la majorité des gains glanés durant le micro-rebond du mois de mars.

La hausse des taux obligataires dans un environnement où le dollar s’apprécie, les attentes négatives des résultats d’entreprises suite aux sanctions prônées par les chefs d’État vis-à-vis de la Russie, ainsi que les faibles perspectives de croissance en Chine n’ont pas aidé les investisseurs à retrouver de la sérénité.

Derrière ces grands thèmes résident diverses questions qui restent ouvertes et qui pèseront dans les semaines à venir :

  • Avons-nous atteint nos limites de production ? Que ce soit pour les produits agricoles, les matériaux ou l’énergie, la hausse des prix persiste. Cette forte hausse des prix des biens va certainement, à terme, mettre sous pression la demande de biens.
  • Est-ce que les progrès technologiques seront suffisants pour éviter le déclin de croissance ? Car les valorisations technologiques considérées comme non rentables ont déjà perdu près de 50 % de leur valorisation en moins d’un an1. Le progrès technologique devient primordial pour les entreprises (automatisation de certains services où l’on trouve une pénurie de mains d’œuvre) et devrait urgemment s’accélérer pour éviter l’inflation salariale.

USA

Comme prévu, la FED (la banque centrale américaine) va relever les taux de 50 points de base et a annoncé que la normalisation des bilans commencerait au cours du mois de juin. Le ton donné par Jérôme Powell a été similaire à celui du mois de mars « prévoyant que les augmentations continues de la fourchette cible pour les taux seront appropriées ». Jérôme Powell a aussi déclaré mercredi que les responsables de la banque centrale n'envisageaient pas « activement » de relever les taux directeurs de 75 points de base lors des prochaines réunions de politique monétaire2.

 Cette annonce nous conforte dans notre positionnement de neutralité pour plusieurs raisons :

  • Les valorisations (P/E) sont dans certains secteurs extrêmement élevés (p.ex. technologie2). 
  • La croissance demeure toujours robuste (revenus d’entreprises ou de bénéfices par actions), cependant la structure du marché (marché orienté croissance) devrait désavantager le marché US dans un environnement de taux à la hausse.
  • L’endettement des entreprises et du gouvernement sont élevés3.

La Chine vers un non-retour ?

Le Covid nous a encore une fois démontré qu’il pouvait être un frein majeur à la croissance économique. Le mois d’avril aura été fortement perturbé par ses vagues d’infection. Dans l’espoir que le pic ait été atteint4, nous pourrions entrevoir une normalisation et une réouverture progressive de l’économie vers le mois de juin.

Il faut rappeler que la semaine passée, le Politburo5(Bureau politique du Comité central du Parti communiste chinois) a annoncé que la Chine va développer sa demande intérieure, stimuler l’investissement et accélérer la construction d’infrastructures, tout en assurant la fluidité des transports, de la logistique et des chaînes d’approvisionnement.

Nous conservons un regard positif sur la Chine tant :

  • La politique d’assouplissement monétaire est favorable pour la reprise économique post-Covid. De plus, les entreprises chinoises continuent d’exporter et de gagner des parts de marché2
  • Bien que les relations entre les USA et la Chine ne sont pas au plus haut (incertitude autour de Taiwan), le poids du commerce entre ces deux nations devrait inciter la Chine à rester en bons termes, surtout si les autorités chinoises visent toujours une croissance de l’ordre de 5 %2.

Notre positionnement sur les marchés

Indépendamment de la situation actuelle en Ukraine, notre construction de portefeuille s’articule autour de la potentielle redistribution des richesses entre les pays qui bénéficieront dès la hausse des prix des biens et services, tels que les pays exportateurs de matières premières, au détriment des pays importateurs.

Marchés d’actions

Sur les marchés européens, nous continuerons à moyen terme de favoriser les secteurs qui réagissent positivement aux hausses des taux (banques & assurances). Si l’on analyse le différentiel entre la hausse des taux à 10 ans allemand (Bund) et la performance du secteur, on peut en conclure que la hausse des taux n'a pas encore été prise en compte dans dans le cours de certaines entreprises. 

Certes, les sanctions liées à la Russie pèsent sur le moral des investisseurs, mais d’autres éléments, comme le plan de relance européen6, devraient soutenir certains marchés tels que l’Italie (191,5 milliards attendus) et l’Espagne (69,5 milliards d’euros attendus). La réouverture des économies pourrait soutenir le tourisme et l’hôtellerie pour la partie sud de l’Europe.

Le secteur de l’énergie européen devrait continuer de bénéficier de la hausse des prix des matières premières.

Le secteur de la santé européen (p. ex. Galenica AG, Sanofi) pourrait à court terme bénéficier de la contraction de l’économie européenne (impact des sanctions à la Russie) et apporter un caractère plus défensif pour la sous-classe d’actifs européenne.

Nous conservons un biais positif pour le Royaume-Uni, qui est connu pour être un marché distributeur de haut dividende. Le dividend yield est actuellement autour des 3,5 % et s’avère largement plus attractif que le coupon octroyé par les obligations gouvernementales européennes.

Sur les marchés US, nous conserverons un biais pour les entreprises qui bénéficient de la hausse des taux (p.ex. Allstate Corp, Metlife) et des prix de l’énergie (p.ex. Devon Energy Corp, Marathon Oil Corp). Comme exprimé ci-dessus, nous conservons un regard neutre pour le marché US qui est majoritairement un marché de croissance.

Sur les marchés émergents/Pacific, nous restons constructifs autour de la Chine (cf. La Chine vers un non-retour ?). Nous gardons notre biais positif sur l’Indonésie qui bénéficie de la hausse des matières premières et de la potentielle reprise du tourisme. Nous restons constructifs sur l’Amérique du Sud qui devrait bénéficier de la hausse des matières premières ainsi que des faibles niveaux des valorisations.

Marchés obligataires

Sur la dette gouvernementale, nous conservons une approche flexible en termes de duration. Nous favorisons les obligations à maturité plus courte. Nous conservons une exposition aux pays exportateurs de matières premières tels que le Canada.

Au niveau des entreprises dites Investment Grade (dette de qualité) et High Yield (dette à haut rendement), nous conservons un biais pour le secteur des matières premières et des bancaires. Ceci nous permet de nous exposer aux entreprises qui bénéficient du retour de l’inflation

Concernant la dette émergente, on peut constater qu’elle est sous pression de par la hausse des taux US et de l’appréciation du dollar $. Cependant, dans nos allocations, nous conservons un biais pour la dette émergente de qualité (Investment Grade).

Notre poche obligataire se veut prudentielle (via des maturités courtes) tout en étant exposée au thème de la réflation (retour de l’inflation). 

 

Conclusion

Le mois d’avril a été hanté par plusieurs facteurs (sanctions, anticipation des banques centrales, saison des revenus d’entreprise et la tolérance zéro face au Covid). Cependant, les dernières interventions des banques centrales (FED et PBOC) devraient apporter un peu plus de clarté pour les marchés. Nous conserverons à court terme une approche prudentielle afin de rester résilients lors des baisses de marché. Indépendamment des risques géopolitiques, nous continuerons de nous exposer aux thèmes incontournables (hausse des matières premières, réouverture du tourisme, ...) avec un biais vers les entreprises qui peuvent bénéficier du retour de l’inflation et leaders dans leurs segments.

Nos conseillers sont toujours disponibles pour des informations supplémentaires. N'hésitez pas à les contacter.

 

________________________________

Sources :

1. https://www.principalglobal.com/knowledge/insights/tech-stocks-challenged-not-all-created-equal#:~:text=Goldman%20Sachs%20Non%2DProfitable%20Technology,initially%20weighted%20greater%20than%204.65%25

2. Bloomberg Analytics

3. https://www.federalreserve.gov/releases/z1/dataviz/z1/nonfinancial_debt/chart/

4. https://www.google.com/search?q=covid+chine+shanghai

5. https://www.reuters.com/article/chine-economie-politique-idFRKCN2ML0SA 

6. https://ec.europa.eu/info/strategy/recovery-plan-europe_fr

Prenez rendez-vous avec un de nos experts

Investisseur novice ou expérimenté ? Prenez le temps de nous parler de vos objectifs. Nous nous ferons un plaisir de partager notre expertise avec vous. Notre conseil est gratuit et ne vous engage à rien.

Rencontrons-nous

Comment pouvons-nous vous aider ?