Chiffre du mois

En collaboration avec Schroders

Le marché obligataire continental chinois occupe la troisième place au niveau mondial aujourd'hui.

Le marché obligataire continental chinois occupe la troisième place au niveau mondial aujourd'hui.

Le marché obligataire continental chinois, libellé en renminbi (RMB), a connu une croissance extrêmement rapide ces dix dernières années. En 2008, les obligations en RMB correspondaient à un peu moins de 50 % du PIB nominal chinois. En 2018, ce chiffre atteignait 95 % et le marché obligataire continental chinois est aujourd'hui le troisième plus grand marché au monde derrière les États-Unis et le Japon.

Schroders, société de gestion de fonds

En 2002, la part des obligations chinoises en RMB s'élevait à peine à 0,9 %. En 2018, cette part était passée à environ 11 %. Pourtant, la Chine aura dû attendre le début du mois d'avril 2019 pour être enfin reprise dans un des principaux indices obligataires mondiaux.

D'une manière générale, les obligations souveraines de Chine continentale offrent des opportunités de rendement très intéressantes dans la plupart des grandes devises. Le marché obligataire en RMB est à la fois varié et inefficient, ce qui augmente les opportunités d'investissement pour les gestionnaires de fonds actifs. Des opportunités qui existent aussi bien dans le secteur public que le secteur privé.

Investir en obligations de Chine continentale n'est pas forcément une sinécure, mais les autorités ont pris diverses mesures ces dix dernières années pour faciliter l'accès des investisseurs étrangers. La prise en compte des obligations de Chine continentale par les indices est l'illustration de l'intégration croissante de la Chine sur les marchés financiers mondiaux et offre un grand potentiel de création de valeur.

Marc Danneels, Chief Investment Officer chez Beobank

Depuis le 1er avril, les obligations exprimées en Renminbi chinois font partie de l'indice Bloomberg Barclays Global Aggregate Bond. Outre le fait que cela était déjà le cas depuis l'année dernière pour les actions « A » cotées sur les Bourses de Chine continentale, cette reprise du marché obligataire de Chine continentale dans un indice mondial témoigne de la poursuite de l'intégration du marché de Chine continentale sur les marchés financiers mondiaux.

Concrètement, cela veut dire que les investisseurs non chinois, qui peuvent être des pouvoirs publics ou des investisseurs institutionnels comme des fonds d'investissement, vont être davantage enclins à acheter de tels titres pour adapter leurs portefeuilles à cet indice mondial, avec une possible hausse des flux de capitaux en direction de la Chine à la clé. Quand on sait que la Chine a mis en place de très nombreuses réformes ces dernières années pour libéraliser ses marchés financiers, il s'agit là assurément d'une étape importante pour attirer des investisseurs « étrangers » potentiels. L'afflux de capitaux étrangers contribuera en toute logique à la stabilité de la balance des paiements chinoise.

Cela pourrait aussi constituer à terme une opportunité pour l'investisseur particulier. En fonction notamment des objectifs poursuivis, il pourrait être envisagé de privilégier des fonds obligataires diversifiés qui investissent sur les marchés émergents et, vu le profil de rendement/risque plutôt dynamique, de choisir un segment obligataire du portefeuille en fonction du profil d'investisseur.

 

*  Les actions "A" sont des actions de sociétés chinoises qui ne sont cotées qu'en bourse dans l'ancienne Chine, comme Shanghai ou Shenzen.

Comment pouvons-nous vous aider ?