Le nouveau billet de 50 euros, un bijou de technologie

Nouveau billet de 50 euros

Nouveau billet de 50 euros

Après ses petits frères ces dernières années, c’est le billet de 50 euros qui connait aujourd’hui un petit lifting. La coupure la plus utilisée de la zone euro, 45% du volume total, doit garantir une meilleure protection contre la contrefaçon. Une année complète aura été ainsi nécessaire à sa fabrication.

Imprimé à 6,5 milliards d’exemplaires afin d’inonder toute la zone euro, le nouveau billet remplacera progressivement l’ancien d’ici 2019 lorsque l’intégralité des « anciens » billets disparaîtront de la circulation. Bien évidemment, vos billets actuels sont toujours valables et vous n’avez pas besoin d’aller les échanger.  Ensuite, ce sera au tour des billets de 100 et de 200 euros de connaitre une refonte en 2019, le billet de 500 euros restant lui en l’état et dont la protection a été stoppée en 2016.

Un bijou anti-contrefaçon

En 2015, 600.000 faux billets ont été repérés et détruits sur 18 milliards de coupure en circulation dans la zone euro. Le nouveau billet de 50 euros à la vocation de lutter encore plus efficacement contre la contrefaçon. Ce dernier a donc son nombre en bas à gauche écrit dans une encre spéciale qui… change de couleur selon son inclinaison, allant du vert émeraude au bleu profond en fonction de la lumière. Une teinte spécialement conçue à cet usage, cette couleur étant indisponible dans le commerce. Et ce n’est pas tout.

La princesse Europe apparaît comme par magie

Le nouveau billet de 50 euros verra aussi l’apparition de la princesse Europe pour la première fois, toujours dans l’esprit de lutter contre la contrefaçon. Elle apparaît ainsi à deux endroits, visibles depuis chaque face. En « portrait » dans la marge colorée du billet mais aussi en filigrane dans la partie blanche, un résultat obtenu grâce aux différentes densités du papier.

Trois gestes à effectuer

Tous ces subterfuges ont pour but de pouvoir vérifier si le nouveau billet de 50 euros est un vrai ou une contrefaçon. Trois gestes sont à effectuer : toucher, regarder et incliner. En le touchant, on s’assure de la présence de la bande imprimée en relief des deux côtés du billet. En regardant, vous pouvez voir si la princesse apparaît. En l’inclinant, c’est le fameux nombre qui passe du vert émeraude au bleu profond. Et encore, une soixantaine de signes sont présents sur ce billet, dont certains gardés jalousement par la BCE.