2016: quelles perspectives boursières ?

2016: quelles perspectives boursières ?

2016: quelles perspectives boursières ?

Le début d’année devrait s’avérer plutôt lisible sur les marchés. Pour trois raisons: la poursuite de l'assouplissement quantitatif, la hausse des taux de la Fed et le 13e plan quinquennal en Chine. À l’inverse, le deuxième semestre s'annonce plus complexe avec le référendum relatif au «Brexit» anglais, l’élection présidentielle américaine et les élections régionales en Allemagne.

 

Tour du monde

États-Unis. D’autres hausses des taux de la Fed sont envisageables. Les actions technologiques continueront à avoir la cote, de même que le secteur des semi-conducteurs. Tout ce qui concerne la consommation personnelle est aussi à suivre. L’augmentation des salaires va inévitablement faire grimper la consommation et les crédits. Tout bénéfice aussi pour les financières.

Chine. Le pays n’est plus l’unique moteur de l'économie mondiale. La croissance (proche des 6%) devrait être soutenue par une politique budgétaire, avec une possible baisse des taux, voire une dévaluation de la monnaie. Deux éléments devraient contribuer à soutenir la croissance chinoise: un véritable plan pour développer massivement les infrastructures et de nouvelles législations sur la recapitalisation des banques. Enfin, tout porte à croire que le 13e plan quinquennal sera centré sur la classe moyenne afin de relancer la consommation.

Europe. Ici, c’est évidemment l’assouplissement quantitatif qui sera l’élément clé. La consommation reprend grâce au regain de la confiance des ménages. On suivra attentivement les secteurs qui en profitent. De même que l'Italie et l'Espagne qui sont les grands bénéficiaires de l'assouplissement.

Pays émergents. Ils subiront les effets de la hausse des taux aux États-Unis qui aura un impact sur les investissements. Dans ces pays, les actions liées à la technologie et à la consommation sont prépondérantes dans nos choix.

 

Les thématiques phares 

Obligations. On peut privilégier les titres adossés à des actifs (créances hypothécaires), les obligations indexées à l’inflation qui bénéficient de la hausse des taux, les obligations financières européennes, les obligations gouvernementales des pays émergents (en raison du double effet de la baisse des taux dans ces pays et du rééquilibrage des monnaies). Les fonds obligataires de type flexible resteront des produits importants dans la gamme proposée par Beobank.

Actions. Il faut garder un œil sur la technologie, les télécoms européennes (sous-valorisées depuis des années), les financières américaines et européennes, la consommation discrétionnaire (marques de luxe, automobile et commerce de détail).

Fonds mixtes. En raison du contexte macroéconomique, ils devraient maintenir leur niveau de popularité. Ils trouveront leur place dans des portefeuilles défensifs mais également plus dynamiques.

 

Comme toujours, la meilleure solution est de contacter votre conseiller afin qu'il puisse déterminer avec vous le portefeuille idéal, en fonction de vos objectifs, de votre horizon de placement et de votre appétence au risque.

 



 

Beobank NV|SA ne fournit pas de recherche ou d’analyses indépendantes quant au contenu et à la composition de ce document. Ce document se fonde sur l’analyse macro de « La Française GAM », une société de gestion d’actifs faisant partie du groupe CMNE. Beobank NV|SA n’en garantit pas la précision et n’exclut pas le caractère incomplet ou condensé de l’information. L’aperçu des marchés a uniquement un caractère informatif général et ne tient pas lieu de recommandation, d’offre ou de demande d’achat ou de vente de titres quelconques. Les personnes qui envisagent d’effectuer un investissement ont intérêt à solliciter un avis indépendant concernant l’opportunité ou non d’un investissement particulier. Les résultats antérieurs n’augurent pas des résultats à venir, les prix peuvent monter ou descendre. Les prévisions ne seront pas forcément suivies d’effets.

 

 

 

 

Nous vous rappelons que les produits d’investissement sont exposés à des risques, en ce compris la perte possible du capital investi. Les produits d’investissement ne sont pas des dépôts bancaires et ne sont pas garantis par Beobank NV|SA.