S'assurer
Beobank Home Secure

Système d’alarme et télésurveillance 24h/24. À partir de 22€/mois

Elections US : Les grands axes de différenciation

Par Yves Kazadi, Senior Analyst - 25/09/2020

Quel impact l'élection américaine peut-elle avoir sur le marché financier ?

A près de 40 jours de l’élection aux USA, il est important de pouvoir préparer nos allocations d’actifs à plusieurs scénarii. Dans cet article, nous allons revenir de manière sommaire sur certains axes de développement que les candidats à la présidence des États-Unis, Donald Trump et Joe Biden, pourraient mettre en avant en cas de (ré)élection. Nous mettrons de côté les aspects technologiques et pharmaceutiques que nous avons abordés lors de notre précédente édition et pour simplifier les propos, nous aborderons l’impact sur les devises dans une édition ultérieure.

À cet effet nous comparerons les enjeux économiques au niveau de :

  • La Réserve Fédérale et ses implications politiques ;
  • La santé et le retour probable des enjeux autour de l’Obamacare ;
  • Des échanges commerciaux ;
  • Certains secteurs qui mériteraient une analyse plus détaillée.

La Réserve Fédérale (FED)

L’un des plus gros chantiers sera très certainement la FED (la Banque centrale américaine) et le choix de ses 12 membres pour diriger la politique monétaire du pays. Très certainement, à l’image de la nomination de Judy Shelton (connue pour être très critique vis-à-vis de la politique des taux du temps d’Obama, elle soutient le programme Républicain, et souhaite un retour à l’étalon or), nommée dans le comité de pilotage de la FED (en 2019), il faudrait s’attendre à voir d’autres alliés politiques (des républicains) intégrer le comité et naturellement déforcer l’indépendance de la FED. Vu le nombre d’invectives de la part du président Donald Trump au sujet du membre actuel Jay Powell, il ne serait pas non plus étonnant de le voir se faire remplacer en cas de réélection du président Trump.

Dans le camp des démocrates, l’idée de conserver Powell ne serait pas dérangeante. De plus, il serait important pour Joe Biden de démontrer que l’institution (FED) n’est pas détenue par l’industrie financière mais qu’il est bien neutre au service du peuple américain. Et il est aussi certain que la politique monétaire de Joe Biden serait un rien plus progressiste (réduire le poids des économistes dans l’entièreté des choix de la guidance de la FED et assainir l’économie progressivement sans devoir absolument respecter tous les codes macro-économiques1).

La santé

Les débats en matière de santé autour de « l’Obamacare » devraient refaire surface. Pour rappel, l’objectif premier de l’Obamacare était d’étendre la couverture des assurances. Elle visait à rendre universel l'accès aux soins pour les Américains (près de 50 millions d'Américains en 2010 ne disposaient d’aucune couverture sociale). Depuis le 1er janvier 2014, tous les Américains ont dû en effet disposer d'une assurance maladie satisfaisant à certains critères réglementaires et à cela s’ajoutait le fait que tout résident ou citoyen non assuré s'exposait alors à des pénalités financières. En 2019, Donald Trump a fait sauter les pénalités qui visaient ceux qui ne disposaient pas d'assurance santé, ou qui choisissaient une toute autre assurance qui ne répondait pas aux critères de compliance émis dans l’Obamacare.

Dans le cadre d’une victoire de Trump, nous ne serions pas étonnés de voir peu de changement par rapport à l’Obamacare actuel même si l’administration Trump dénonce cela comme non constitutionnel.

Pour Biden, l’idée serait d’augmenter l’Obamacare (plus de subsides)2 afin de pouvoir offrir une assurance aussi compétitive que celle proposée par le secteur privé. Le CFRB (bureau du plan)3 considèrerait qu’il faudrait prévoir près de 850 milliards de dollars en plus pour pouvoir couvrir cette proposition.

Échanges commerciaux

Peu importe le gagnant ou le perdant, nous prévoyons que les conflits économiques entre les grandes superpuissances économiques que sont les USA et la Chine devraient subsister. La grande divergence entre Trump et Biden se marquera certainement par rapport à la gestion du conflit.

Donald Trump n’hésite pas à créer une matrice conflictuelle autour de 3 paramètres : la technologie, la finance et les échanges commerciaux. De plus, les accusations des USA envers la Chine comme créatrice de la Covid-19 et le fait que les objectifs commerciaux fixés par Trump n'auront certainement pas été atteints (importation des biens US) devraient détériorer plus encore les relations si Donald Trump parvenait à se faire réélire.

Dans un style plus proche des démocrates, Joe Biden n’hésite pas à dénoncer les manipulations des taux de change, l’exportation de la pollution (au travers des bateaux commerciaux), l’espionnage informatique et les faux brevets émis par la Chine. Cependant, pour résoudre ces conflits, il en appelle à une alliance Atlantique. Sous l’administration Biden, nous prévoyons que les sanctions commerciales, technologiques et financières avec la Chine devraient s’apaiser et être régulées au travers de traités internationaux.

Quels seraient les secteurs clefs à suivre ?

Le secteur bancaire ne devrait pas subir autant de remous en cas de réélection de Donald Trump. Pour rappel, les banques régionales avaient reçu un coup de main au travers d’assouplissements régulatoires. Le secteur des grandes banques resterait impacté par les conditions économiques actuelles (chômage, risque de faillite, taux bas) et les revenus à court terme pourraient en effet être négativement impactés (si l’incertitude économique demeure).  

Si les démocrates venaient à gagner, l’une des plus grandes incertitudes pour le secteur serait le niveau des taxes, et l’impact que cela aurait sur les revenus de toutes les entreprises. Pour rappel, les banques sont l’un des secteurs les plus exposés à l’économie américaine, donc les plus à risque.

L’infrastructure devrait naturellement être à l’agenda de tous, cependant les projets pourraient être plus ambitieux et plus orientés ESG (Environnement, Social, Bonne Gouvernance) sous la présidence de Joe Biden. Cela devrait soutenir les biens d’équipement, et le secteur de la machinerie qui sont orientés vers tout ce qui tourne autour de l’électrification. Le développement de l’usage de l’hydrogène et les potentielles réductions d’émissions dans près de 10 états aux USA pour 2024 devraient aussi soutenir les entreprises qui se développent autour de la réduction d’émissions de carbone sur les transports (objectif de réduction de pollution des camions transporteurs de marchandises).

L’énergie alternative devrait bénéficier du plan annoncé par Joe Biden autour du climat. C’est un plan qui sera articulé autour des secteurs automobile, énergétique, immobilier et agricole. Ce plan devrait mobiliser près de 1,7 milliard d’investissements4 dans le renouvelable. Cela dit, dans le cas d’une victoire de Donald Trump cette thématique devra elle aussi être traitée par son administration tant elle devient de plus en plus incontournable et ce même s’il reste un grand partisan de l’énergie dite classique.

Enfin concernant la défense, les deux administrations devront continuer de développer les nouvelles technologies afin de parer à toute menace provenant de la Chine et du rattrapage technologique russe. La grande nuance se fera sur la gestion du Pacifique (Taïwan) où l’on s’attend à une approche plus pacifique de la part des démocrates.

Sources:
1. https://www.soas.ac.uk/cdpr/publications/dv/progressive-monetary-policy-in-argentina-a-return-to-democratic-control.html
2. https://www.crfb.org/papers/understanding-joe-bidens-2020-health-care-plan
3. https://www.hhs.gov/healthcare/index.html
4. https://www.reuters.com/article/us-usa-election-biden-climate-idUSKCN1T515R

Prenez rendez-vous avec un de nos experts

Investisseur novice ou expérimenté ? Prenez le temps de nous parler de vos objectifs. Nous nous ferons un plaisir de partager notre expérience avec vous. Notre conseil est gratuit et ne vous engage à rien.

Rencontrons-nous

Comment pouvons-nous vous aider ?