Volatilité : alliée ou ennemie ?

Les investisseurs aguerris savent tirer parti de la volatilité des marchés.

Les investisseurs aguerris savent tirer parti de la volatilité des marchés.

Est-ce que les marchés vont rester volatils dans les semaines qui viennent ?

Ces dernières semaines, les marchés ont été très volatils. Mais ce n’est pas un phénomène nouveau. Ces dix derniers mois, la stabilité a souvent été aux abonnés absents. Et ce sentiment de volatilité va probablement subsister, tant les divergences entre les différentes politiques monétaires sont de plus en plus marquées.

A l’heure actuelle, les investisseurs doivent gérer leurs portefeuilles en acceptant que la volatilité ne disparaîtra pas. L’investisseur à court terme vivra des moments difficiles, alors que l’investisseur à long terme devra conserver en mémoire que la volatilité est génératrice d’opportunités aussi. Nos analystes restent convaincus que la survente d’actifs ces dernières semaines offre des opportunités dans certains secteurs d’investissement à des prix favorables.

 

Quid de la hausse des taux aux USA ?

En première partie d’année, un seul mois était attendu : septembre. Les marchés ont ainsi anticipé l’impact d’une hausse des taux sur les marchés émergents, où une grande partie de l’investissement sur les marchés provient des pays développés.

Toutes les conditions semblaient réunies pour une hausse des taux, et ce jusqu’à ce qu’il devienne évident qu’il n’y aurait pas d’inflation. C’est pourquoi le FOMC (Federal Open Market Committee) a décidé de tout reporter à date ultérieure.

Parmi les économistes, les prévisions concernant le timing d’une hausse du taux d’intérêt sont diverses. 50% considèrent à l’heure actuelle, qu’une hausse pourrait se produire autour du mois d’avril 2016. Seulement, 27% considèrent qu’une hausse aurait lieu en décembre 2015. Le plus gros du stress actuel ne devrait pas être dû à la hausse mais bien au processus de normalisation des taux :

 


  • À quelle fréquence la Fed va-t-elle augmenter ses taux ?

  • Quelle sera l’ampleur de cette augmentation ?



  •  
  •  


Ces facteurs impacteront plus profondément les investisseurs à long terme. Nos analystes donnent la préférence à des fonds placés dans des obligations d’État américaines d’une durée de plus de 5 ans.

 

Q3 : Des résultats d’entreprise décevants ?

Doit-on s’étonner des mauvais résultats, sachant que les actions n’ont pas surperformé durant le tri-mestre ? Et qu’il existe une forte corrélation entre les résultats des entreprises américaines et le prix du pétrole ? La réponse est non. Parmi les secteurs ayant le plus souffert, citons les matières premières, l’énergie et l’industrie.

En Europe, les secteurs de l’énergie et des utilitaires sont les mauvais élèves. Pourtant, l’économie européenne a mieux tourné qu’aux États-Unis. Il est clair que l’Europe se profile de plus en plus comme ‘the place to be’.

 

Les tensions diminuent sur les marchés

Parmi les différents indicateurs de marché, nos analystes constatent que les données macro et les instruments financiers témoignent de la baisse des tensions sur les marchés :

 

 


  • Les VIX (Les indices de volatilité) ont clairement baissé depuis la fin août. Ils ont retrouvé leurs niveaux moyens.

  • Les CESI (Citi Economic Surprises Index) repartent à la hausse dans les différentes régions du monde.

  • Les FSI (les indices de stress de marchés) indiquent eux aussi une amélioration.



  •  
  •  


 

Conclusion

2015 a été l’année de la volatilité, que ce soit sur le marché des actions, des obligations ou des devises. L’anticipation d’une hausse de taux n’est pas la cause de la volatilité sur les marchés mais un catalyseur. L’interdépendance des banques centrales ainsi que les tensions politiques ont attisé la dynamique de la volatilité. À l’heure actuelle, il est important de profiter des chutes de marché pour se repositionner à plus long terme sur les marchés. Tant que les banques centrales d’Europe, du Japon et d’Asie maintiendront leur assouplissement quantitatif, les marchés des actions offriront des opportunités.

 

N'hésitez pas à prendre contact avec votre conseiller en placements si vous avez des questions

Nous vous rappelons que les produits d’investissement sont exposés à des risques, en ce compris la perte possible du capital investi. Les produits d’investissement ne sont pas des dépôts bancaires et ne sont pas garantis par Beobank NV|SA.