Comment choisir le vélo électrique le mieux adapté ?

Traverser l’heure de pointe en un éclair ?

Traverser l’heure de pointe en un éclair ?

Les vélos électriques ont intégré notre environnement au quotidien, dans et autour des villes. C’est non seulement une bonne idée pour notre santé et l’environnement, mais cela pousse les fabricants à diversifier continuellement leur offre. En quoi ces deux-roues électriques sont-ils différents les uns des autres ? À quoi faut-il faire attention lors de l’achat ? Et quid de la fiscalité ?

La loi divise les vélos électriques en deux catégories : d’une part, les e-bikes qui sont alimentés électriquement jusqu’à 25 km/h et, d’autre part, les speed pedelecs, plus rapides, qui permettent d’atteindre 45 km/h. Selon le Code de la route, ces derniers sont classés dans une catégorie distincte (cyclomoteur Classe P) et sont soumis à une série d’obligations légales spécifiques.

Une assurance responsabilité civile est requise pour les vélos qui permettent de se déplacer sans pédaler, à l’instar des autres véhicules à moteur. Cette obligation pourrait, dans un proche avenir, être abolie pour les vélos avec assistance au démarrage et au stationnement, mais ce n’est actuellement pas encore le cas.

Une telle assurance n’est pas obligatoire pour les autres vélos électriques, même si vous serez bien avisé de souscrire une assurance familiale afin que vous puissiez immédiatement être assuré pour les dommages causés à autrui.

Combien cela peut-il coûter ?

Vous trouverez des vélos électriques dans toutes les catégories de prix imaginables, mais vous envisagerez plusieurs milliers d’euros pour acquérir un modèle attrayant. Certes, cela représente beaucoup d’argent, mais il existe de nombreuses raisons d’envisager le passage à un vélo électrique. Et nous ne parlons pas seulement de leur faible coût d’utilisation, car charger la batterie de son vélo électrique ne coûte littéralement que quelques centimes.

Tout d’abord, il faut savoir qu’il existe des vélos électriques de toutes formes et de toutes tailles, allant des vélos de ville aux vélos pliants en passant par les VTT à propulsion électrique ou les e-vélos cargos. Rien d’étonnant si vous pouvez les trouver dans des boutiques de vélos tendance voire auprès de la dernière start-up à la mode. Car c’est vous qui décidez à quel point vous voulez votre vélo électrique exclusif ou excentrique.

Ne vous y trompez pas : les vélos électriques ne sont pas seulement populaires pour remplacer un vélo classique – ils représentaient, il y a un an 50% des ventes de vélos – ils constituent désormais de véritables produits lifestyle.

La batterie donne le ton

Vous avez décidé d’acheter un vélo électrique ? Optez pour un modèle dont la batterie a fait ses preuves. Celle-ci détermine en effet le nombre de kilomètres durant lesquels vous pouvez demander une assistance (dans le pédalier ou même en conduite indépendante). Un point d’attention important si vous souhaitez effectuer de longues randonnées. Malheureusement, la batterie est aussi l’élément le plus cher d’un vélo électrique. Son autonomie sera donc directement liée à votre budget.

En outre, les modèles ayant le moteur dans le boîtier du pédalier seront plus intéressants pour qui fait du vélo dans des paysages vallonnés. Tout comme avec un vélo ordinaire, vous pourrez investir dans de meilleurs freins (recommandé), plus de vitesses, de meilleures pièces, etc. Vous pouvez même choisir votre vélo électrique en fonction de son poids, le point faible des e-bikes.  Mais plus de légèreté exige souvent plus de budget.

Une voie fiscale intéressante

Un vélo électrique est également intéressant d’un point de vue financier et fiscal, tant les avantages associés sont nombreux et combinables.

À l’instar d’un vélo ordinaire, vous bénéficierez d’une indemnité de 23 cents par kilomètre. Celle-ci est totalement exonérée d’impôt et vous permet de récupérer quelques centaines d’euros par an.

Les personnes déduisant leurs frais professionnels réels lors de leur déclaration fiscale peuvent y introduire un e-bike. Vous pouvez également opter pour un forfait légal de 23 cents par kilomètre, avec une limite de 100 kilomètres par trajet.

De nombreuses communes mettent la main à la poche en offrant une prime ou une subvention lors de l’achat d’un vélo électrique. Le plus souvent, il est alors exigé que vous renonciez à votre voiture.

Vous souhaitez financer l’achat d’un vélo électrique à l’aide d’un prêt à tempérament. Sachez que vous pourrez, lors du Salon de l’auto, profiter des mêmes conditions que celles liées à l’achat d’une voiture neuve. Des conditions qui s’avèrent plus qu’intéressantes.

Effectuez une simulation de prêt pour l’achat d’un vélo électrique