S'assurer
Beobank Home Secure

Système d’alarme et télésurveillance 24h/24. À partir de 22€/mois

6 conseils pour une sécurisation futée de vos appareils intelligents

Quelques conseils intelligents

De nombreux aspects de la domotique sont tournés vers la sécurisation de votre maison : de la fermeture des fenêtres à distance au vidéophone transféré vers votre smartphone en passant par la gestion d’un système d’alarme. Mais dans quelle mesure les nombreux appareils ‘smart living’ vous protègent-ils des hackers ?

Commander les équipements à distance, verrouiller ou déverrouiller votre porte, votre garage, vos fenêtres, gérer l’électricité et la luminosité à distance… la domotique offre de nombreuses possibilités. Elle permet aussi de simuler une présence physique chez vous afin de décourager les cambriolages. Mais êtes-vous bien protégé contre les hackers et le piratage de votre système domotique ? Voici six conseils pour bien protéger votre système et vos appareils intelligents.

1. Renommez et sécurisez votre réseau

Vérifiez par vous-même : il y a de fortes chances que le nom de votre réseau sans fil reprenne la marque du routeur ou le type de modem dans son nom. Pour éviter une intrusion des hackers, il est préférable de lui donner un nom réellement original. Votre nom de famille ou la contraction des prénoms des membres de la famille ne suffira pas non plus. Pensez aussi à cacher votre réseau : comment pirater quelque chose qui ne se voit pas ?

2. Créez un réseau séparé

Pourquoi garder tous ses œufs dans le même panier ? Créez un réseau différent pour votre système domotique, indépendant de celui utilisé pour vos ordinateurs, appareils mobiles, consoles de jeux ou encore Smart TV. Si un de ces appareils est piraté, un hackeur n’aura ainsi pas directement accès à votre système domotique. Evitez également d’utiliser un réseau WiFi public pour accéder à votre réseau, à moins d’utiliser un VPN afin de chiffrer et sécuriser votre connexion.

3. Modifiez régulièrement votre mot de passe

Pareil pour vos mots de passe. De nombreux mots de passe fournis par défaut par les fournisseurs d’accès n’ont plus de secret pour les pirates informatiques. Vous aurez donc soin de changer le mot de passe par défaut, de ne pas utiliser le même mot de passe pour chaque appareil, ni d’utiliser le même mot de passe que celui de votre boite e-mail ou compte de réseaux sociaux, et vous opterez pour une combinaison de majuscules, de minuscules, de chiffres et de caractères spéciaux. Pensez également à modifier régulièrement vos mots de passe afin d’assurer une sécurité supplémentaire à votre réseau et aux périphériques qui y sont connectés. C’est d’autant plus vrai lorsqu’on considère le mot de passe de votre routeur : celui-ci assure la connexion entre tous les périphériques et joue donc un rôle clé dans la sécurisation globale du réseau.

4. Garantissez différentes couches de sécurité

Une empreinte digitale combinée à un code indépendant est un exemple d’authentification multifactorielle. Cette dernière est le processus qui vous impose, en tant qu’utilisateur en ligne, de remplir correctement deux étapes ou plus afin d’accéder à un contenu ou une fonctionnalité. Chaque étape est un facteur d’authentification.

En réalité, les experts estiment qu’il n’existe pas de facteur d’authentification optimal. En ajoutant un deuxième, voire un troisième facteur d’authentification, les facteurs compensent mutuellement leurs différentes faiblesses.

En règle générale, nous distinguons trois facteurs de sécurité. Ainsi, vous pouvez établir votre sécurité à l’aide d’un facteur que vous connaissez comme un mot de passe, un code PIN ou quelque chose que vous possédez comme un smartphone, un badge ou toute autre clé numérique. Un troisième facteur sera la reconnaissance d’une caractéristique physique, par exemple une empreinte digitale, le balayage de l’iris ou la reconnaissance vocale.

Cela peut paraître compliqué – et c’est bien l’intention – mais, en pratique, c’est beaucoup plus facile à maîtriser. Vous avez votre sécurité au bout des doigts. Littéralement lorsqu’on parle d’empreintes digitales, mais c’est aussi le cas avec la reconnaissance faciale ou vocale. Vous pouvez combiner cette authentification avec un code PIN qui permettra le lancement d’une application. Nous parlons ici, à titre d’exemple, de l’application utilisée pour contrôler votre chauffage, pour ouvrir la porte d’entrée ou pour fermer vos volets.

5. Mettez toujours vos facteurs de sécurité à jour

Votre smartphone regorge de ces mises à jour. Vous recevez ainsi régulièrement une notification vous indiquant l’existence d’une mise à jour pour l’une ou l’autre de vos applications. Toutefois, il n’est pas certain que vous receviez ce genre de rappel pour des dispositifs comme votre vidéophone alors que les développeurs dans le secteur de la domotique sont conscients de la nécessité de placer votre sécurité sous surveillance constante. Ils développent ainsi des mises à jour que vous aurez soin d’installer.

Pour cela, prenez pour habitude de vérifier régulièrement que chaque appareil connecté à Internet dispose de la dernière mise à jour. Vous pouvez également demander au fabricant du dispositif de vous envoyer un message lorsqu’une nouvelle mise à jour est disponible. Vous êtes ainsi garanti d’obtenir la bonne information au bon moment.

6. Vérifiez les adresses IP

Jetez régulièrement un œil à l’historique des adresses IP des journaux de bord de votre système. Une adresse IP inconnue ou que vous ne reconnaissez pas ? Il y a des risques que vous ayez été piraté. Contactez donc sans tarder votre fournisseur afin d’en vérifier la sécurité. Changez également immédiatement de mot de passe. Un mot de passe que vous changez régulièrement de toute manière, rappelons-le si besoin.

Comment pouvons-nous vous aider ?